Julien Paluku : « La RDC, meilleure destination dans le secteur des batteries électriques »

0
40

L’intervention du ministre de l’industrie, Julien Paluku, à l’ouverture de DRC-Africa Business Forum  2021 a été axée essentiellement sur l’étude menée par le consultant de l’agence Bloomberg qui démontre que la RDC présente un avantage-coût en termes d’investissement dans l’industrie des batteries et des véhicules électriques.  Selon cette étude, le coût d’un investissement  dans le secteur des batteries électriques aux États-Unis est évalué à 117 millions USD, 112 millions USD en Chine et 65 millions USD en Pologne. Tandis que pour le même type d’investissement en RDC, les coûts sont évalués à 39 millions USD, soit trois fois moins. D’où les nouveaux concepts « RDC, Pays-Solution, RDC, meilleure destination dans le secteur des batteries électriques ».

C’est ainsi qu’il a exhorté le gouvernement, dont il est membre, à mettre en place des politiques publiques courageuses qui assurent, notamment, le renforcement de la gouvernance et de la sécurité des investissements afin  de réaliser ce grand projet qui va changer le paradigme de gestion des ressources minières.

Autrefois réduite pendant des années au seul rôle de fournisseurs des minerais bruts sans aucune valeur ajoutée, Julien Paluku se réjouit qu’à présent le Congo et l’Afrique tout entière vont se muer en transformateurs et producteurs des batteries électriques.  Et ce, sous le leadership du président de la République, Felix Tshisekedi.

 Afin de matérialiser ce projet, un acte d’engagement a été signé par les dirigeants africains qui ont fait le déplacement de Kinshasa, ainsi que plusieurs institutions financières dont les banques africaines de développement. En effet, ils ont pris l’engagement de développer une industrie des minerais et des batteries en République Démocratique du Congo  et d’y investir pour la réussite totale de ce grand projet.

« Les engagements sont forts et la volonté du président de la République est là  puisqu’il nous a confié la mission de piloter  la structuration de ce vaste projet. L’ambition pour lui, en tant que président de l’Union africaine, est de fédérer toutes les énergies du continent autour de la RDC qui est l’un des premiers producteurs mondiaux du cobalt. Toutes les institutions financières qui ont signés l’acte d’engagement ont pris conscience que c’est maintenant que commence effectivement la mise en place de précurseur de l’usine des batteries en RDC… Nous étions en négociation déjà avec la FEC ET avec la GECAMINE pour que la première usine pilote  soit basée à Lubumbashi. Quant à savoir la date fixée pour le début des travaux, cela va demander bien sûr du temps pour sa mise en œuvre totale. L’essentiel est que la volonté du président est là et celle de tous les financiers à travers le monde », a expliqué le ministre de l’Industrie à la presse.

Selon lui,  seules la  volonté et la détermination collectives pourront permettre  la matérialisation de ce rêve. A travers le développement d’une chaine de valeur régionale,  la RDC aimerait que la population congolaise et  le peuple africain jouissent cette fois-ci de leurs propres richesses naturelles par la création des emplois, la construction des infrastructures, l’amélioration de la qualité de l’eau et de l’électricité, etc. « Le gouvernement congolais veut passer du narratif au concret…  L’unique structuration autour de ces batteries électriques donne l’accessibilité à un marché de 8000 milliards de dollars. Il appartient donc à la RDC de savoir  ce que nous avons comme cible par rapport à ce marché d’ici 2025. Si nous visons 10 % en tant que RDC ou continent africain, ça nous fait 800 milliards de dollars… Donc, le budget de la RDC qui navigue autour de 5 et 10 milliards de dollars peut exploser dans les 10 prochaines années », a expliqué le ministre de l’INDUSTRIE, avant d’appeler les médias  à changer la mauvaise image de la RDC qu’ils ne cessent de présenter. Aujourd’hui, dit-il, la RDC est présentée comme pays-solution à travers deux grands modèles à savoir : nos forêts et nos minerais. 

Perside Diawaku

Discours du ministre de l’Industrie

– Excellence Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’Etat ;

– Honorable Président de l’Assemblée Nationale ;

– Honorable Président du Sénat ;

– Honorables Députés et Sénateurs ;

– Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement ;

– Excellences Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Missions Diplomatiques ;

– Mesdames et Messieurs les Membres du Gouvernement ;

– Distingués Invités en vos titres et qualités ;

– Mesdames et Messieurs ;

         Permettez-moi de m’acquitter d’un agréable devoir, celui de souhaiter une chaleureuse bienvenue à toutes les délégations présentes, ce jour, dans cette salle de Congrès du Palais du Peuple.

         Je me réjouis de constater la particulière attention que vous avez bien voulue réserver à l’invitation du Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Antoine-Félix TSHISEKEDI TSHILOMBO, Président en exercice de l’Union Africaine, vous conviant au DRC AFRICA BUSINESS FORUM, évènement panafricain organisé autour du thème : « Développer une chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, du marché des véhicules électriques et des énergies propres ».

Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’Etat ;

Je voudrais, de manière spéciale, souhaiter la bienvenue aux Personnalités ci-après : Son  Excellence Monsieur le Président de la République de la Zambie ; Son Excellence Monsieur le  Ministre du Commerce et de l’Industrie de la République du Gabon, Représentant personnel de  Son Excellence Monsieur Ali BONGO ODIMBA, Président de la République du Gabon ; Son  Excellence Monsieur le Ministre du Commerce et de l’Industrie, Représentant personnel de Sa  Majesté le Roi du Maroc ; Madame la Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies et Secrétaire Exécutive de la Commission Economique des Nations Unies pour l’Afrique.

C’est donc pour moi le lieu et l’occasion de vous réitérer ma profonde gratitude pour votre intérêt manifeste vis-à-vis du développement de la chaîne de valeur régionale autour de l’industrie des batteries électriques, d’un marché des véhicules électriques et des énergies propres.

         Cette activité a été réalisée grâce au leadership visionnaire du chef de l’État Son  Excellence Mr Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo Président de la République Démocratique du Congo, qui a décidé d’aligner la RDC, notre pays, dans la sphère des  États Stratèges.

Je voudrais par ici Exprimer toute ma gratitude Commission Economique des Nations  Unies pour l’Afrique, représentée ici par Madame Vera SONGWE, sous-secrétaire générale des Nations Unies et secrétaire exécutive de la CEA qui avec le concours de différents partenaires BADEA, AFC, AfreximBank…nous a accompagné pour la mobilisation non seulement des partenaires mais aussi la réalisation de l’étude qui met en exergue la compétitivité de la RDC dans la chaines de valeur des batteries et des voitures électriques.

         La République Démocratique du Congo se positionne de plus en plus comme un « pays  solution » dans la transition écologique et énergétique et se donne l’ambition  aujourd’hui d’être le leader mondial dans la production des précurseurs des batteries  électriques et, partant, des voitures électriques.

L’étude qui nous sera présentée tout à l’heure par le consultant de BloomBerg met un  accent particulier sur les indicateurs de compétitivité. Sans pour autant vider la  présentation de toute sa substance, je voudrais faire noter l’essentiel du backgroud de la RDC :

         La RDC est bien connue pour ses fortes dotations en ressources naturelles et surtout minérales. A lui seul, le pays assure près de 70% de la production mondiale de cobalt et se trouve aujourd’hui détenir les plus grandes réserves du lithium localisées en Territoire de Manono, Province du Tanganyika ; à côté d’autres réserves du manganèse, du nickel, du cuivre et bien d’autres disséminés à travers le pays.

         De ce background, il est démontré que la République Démocratique du Congo est appelée à jouer un rôle de premier plan dans la transition énergétique ainsi que le développement des systèmes de transports efficients et durables en Afrique,

conformément aux agendas internationaux, en l’occurrence l’Agenda 2030 des Nations Unies, l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.

         L’étude réalisée par Bloomberg à la demande des partenaires de la RDC ici présents, j’ai cité : CEA, Afreximbank, AFC, BAD, BADEA, démontre que le coût de production des précurseurs des batteries en RDC fait d’elle la meilleure destination au regard de sa compétitivité exprimée à travers les indicateurs objectivement vérifiables. En effet, l’étude de Bloomberg démontre clairement qu’investir dans le secteur des batteries électriques aux États-Unis dont le coût d’investissement est évalué à 117 millions USD, 112 millions USD en Chine et 65 Millions USD en Pologne. Tandis que pour le même type d’investissement, les coûts sont évalués à 39 millions USD soit trois fois moins chers qu’aux Etats-Unis et en Chine. D’où les nouveaux concepts « RDC, Pays-Solution, RDC, Meilleure destination dans le secteur des batteries électriques ».

         Cet avantage-coût nous conféré par cette étude repose essentiellement sur l’accessibilité́ des terrains mais aussi le coût de main-d’œuvre, même dans l’hypothèse  d’un recours à la main-d’œuvre étrangère pendant les 5 premières années d’exploitation.

         En plus de la compétitivité́ reposant sur les coûts de production, la production des précurseurs de batterie en RDC a l’empreinte écologique la plus faible : les simulations indiquent des émissions de carbone en RDC de 20% inférieures à celles de la Chine.

         Ces résultats confirment ainsi le rôle stratégique de la RDC dans la transition

énergétique : selon les prévisions de Bloomberg, le marché́des véhicules représentera des milliers des milliards entre 2025 et 2050.

         Fort de notre compétitivité, il est clair que nous, gouvernement Congolais, avons la responsabilité de mettre en place des politiques publiques courageuses qui assurent, notamment, le renforcement de la gouvernance et de la sécurité des investissements afin de réaliser ce dessin qui changera catégoriquement le paradigme de gestion des ressources minérales.

         La RDC a été réduite pendant des années au seul fournisseur des minerais bruts sans aucune valeur ajoutée et, aujourd’hui, grâce au leadership éclairé de Son Excellence Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, le pays et l’Afrique tout entière vont se muer en transformateurs et producteurs des précurseurs des batteries électriques et  capitaliser leur potentiel en augmentant substantiellement leur part du marché des batteries et des voitures électriques.

         C’est en ces mots que je vous réitère à vous tous la bienvenue et un très bon séjour à

Kinshasa.

         Que la République Démocratique du Congo et son industrie naissante ;

Je vous remercie.

Discours  de la ministre des Mines

Excellence Monsieur le Président de la République Démocratique du Congo et chef de l’État, président en exercice de l’Union Africaine,

Excellence Monsieur le Président de la République de la Zambie,

Excellences Messieurs les Présidents des pays membres de l’Union africaine ici représentés,

Honorable président du bureau du Sénat et de l’Assemblée nationale,

Excellence Monsieur le Premier ministre chef du gouvernement,

Madame la sous-secrétaire des nations unies, excellences mesdames et messieurs les ambassadeurs et  chef des missions diplomatiques,

Messieurs les représentants et  partenaires techniques et financiers du secteur des mines de la République démocratique du Congo,

Mesdames et Messieurs en vos  titres et qualités.  

         C ‘est à la fois un honneur  et un appel de   responsabilité que prendre  la parole à l’occasion de ce forum.

          Je voudrais avant tout d’une manière particulière rendre un vibrant hommage mérité à son Excellence Monsieur Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président de la République Démocratique du Congo,  Chef de l’État, qui a placé au cœur  de son mandat entre autres l’assainissement du secteur minier,  de croissance de notre économie nationale.

         Je rends également hommage  à son  excellence Sama Lukonde, premier ministre chef du gouvernement  qui  au quotidien ne cesse  de prendre des initiatives  pour mettre en œuvre la vision du chef de l’État.

         Je salue l’initiative louable des organisateurs qui, au regard des enjeux économico-tratégiques de l’heure offre à la République Démocratique du Congo, pour valoir sa position de pays solution aux besoins en énergies renouvelables.

Excellence mesdames et messieurs en vos titres et qualités,

         Le Début du 20e siècle  avait vibré  au rythme  d’un conflit mondial qui a récidivé deux décennies plus tard,  ayant entraîné d’immenses pertes  en vies humaines et d’innombrables  dégâts matériels.

         Cependant, pour mettre fin à la 2e guerre mondiale, une bombe atomique fabriquée avec 60 % d’uranium provenant de la République Démocratique du Congo  utilisé à  tort  ou à  raison dans une certaine mesure,  je ne peux m’empêcher de dire tout haut et sans peur d’être contredite que les  minérais  du Congo ont été une solution pour  la paix dans le monde ou du moins pour la fin de la guerre.

         Par ailleurs,  l avènement des nouvelles techniques de l’information et de la communication  se nourrit des  précieux minerais de la République démocratique du Congo, je citerais le  cuivre , le cobalt le coltan et j’en passe les meilleurs.

         Aujourd’hui, le défis du changement  climatique place la planète devant l’impérieuse nécessité de la transition vers les énergies propres.

         Transition dans  la réalisation tributaire des minerais dits du futur, dont la  République Démocratique du Congo regorge des  potentiels,  impressionnants constitues d’une réserve  de cobalt et d’importantes réserves de litium, sans compter celle du cuvre, du manganèse, d’alluminium, du nikel et  d’étain,  dont  la quantification est au centre du plan national d’ exploration et certification  des ressources minérales de la République Démocratique du Congo.

         De toutes  ces substances, le cobalt aujourd’hui déclaré  substance stratégique en République Démocratique du Congo place actuellement la rdc comme premier pays producteur avec plus de 60% de réserves mondiales et d’une production estimée à environ  3000 tonnes.

         La recherche et l’exploitation minière constitue le socle et le développement de.la chaine de valeur régionale, le tout  dans l’industrie de batteries électriques d’un marché des véhicules électrics et des énergies propres.

         À ce sujet,  la République Démocratique du Congo dispose d’un cadre juridique basé sur le principe libéral permettant à tout opérateur  d’exploiter et de vendre librement les produits  de son exploitation à des prix librement consenti sous réserve d’exécuter les obligations découlant  des lois et règlements de la République.

         L’exploitation et la commercialisation des ressources minérales en République Démocratique du Congo obéissent  aux principes de traçabilité et de certification de l’origine des substances minérales, le tout basé sur la transparence dans toutes les phases de la chaîne de possession des minerais.

Excellence Monsieur le Président de la République

, Excellence Monsieur le Président de la République de la Zambie,

Mesdames et messieurs, distingués invités  en vos  titres et qualités,

         La   transformation locale des ressources minérales de notre pays constitue  l’un de principaux levier de l’éradication du paradoxe congolais se traduisant par «un pays potentiellement très riche avec une population très pauvre».

         Paradoxe  n’est pas une fatalité.

         Le projet porté par ce forum sur le développement d’une chaîne de valeur régionale  autour de l’industrie des batteries électriques, d’un marché des véhicules électriques et des énergies propres va constituer, j’en ai la ferme conviction, un pas de géant vers la valorisation locale de nos ressources, afin d’en tirer une plus-value au bénéfice «du peuple d’abord «   vision de son Excellence Monsieur le Président de la République, Chef de l’État.

         En somme, le sous-sol de la République Démocratique du Congo offre  un éventail très large d’opportunités d’affaires, susceptibles de faire penser au développement des  projets industriels multiples et variés pour le bien des Congolais, de l’Afrique et du monde.

Je vous remercie

Antoinette N’samba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •