Journée internationale des sages-femmes : le cri du coeur des héroïnes de l’ombre

0
80

La Journée Internationale des Sages Femmes a été célébrée le mardi 29 mai 2012. A Kinshasa, c’est l’enceinte de la Maternité de Kintambo qui a abrité une cérémonie symbolique placée sous le thème « Investir dans la promotion des Sages-Femmes est rentable ». A cette occasion, la présidente provinciale de l’Union Nationale des Aides-Accoucheuses du Congo (UNAC), Aline Kanyonga, a félicité ses consoeurs pour le travail abattu jusque-là en faveur des familles congolaises et les a encouragées à persévérer dans leurs efforts, afin de continuer à servir la mère et le bébé avec amour, quelles que soient les difficultés du terrain.

Elle a indiqué que durant la semaine en cours, les consultations sont gratuites pour les femmes enceintes à la Maternité de Kintambo, au Centre Mère et Enfant de Barumbu, aux maternités de Ngaba, Binza/Delvaux et Kingasani II.
Pour sa part, Marie Louise Mbo a rappelé que la grosse et l’accouchement sont en général sources de joie. Mais, ils sont aussi synonymes de risques graves pour la santé des mères et des nouveaux-nés. A l’en croire, la situation du couple mère-enfant reste encore préoccupante en République Démocratique du Congo. 
En effet, des milliers de femmes perdent leur vie pendant la grosse et l’accouchement, très souvent pour des causes parfaitement évitables. Pour chaque décès d’un bébé, il y a un grand nombre de femmes  qui développent des incapacités dont elles gardent les séquelles parfois à vie. 
Notre pays accuse un grand déficit en ressources humaines. Des sages-femmes sont des héroïnes méconnues, auxquelles mères et enfants sont redevables pour leur vie. Cette journée devrait interpeller tout le monde sur la situation de la sage-femme en RDC. A cet effet, le pays doit promouvoir la formation des aides-accoucheuses et leur assurer un environnement de travail adéquat.
Richard Ndakambi, le représentant de l’UNPFA, a reconnu que la sage-femme est effectivement une héroïne dont tout le monde est redevable. Sans l’action des sages-femmes et autres personnes qualifiées, le défi de l’accouchement reste majeur. L’UNFPA et ses partenaires comme l’Unicef, l’OMS… réaffirment leur appui au programme national du lancement de la semaine de la sage-femme. Il a remis pour la circonstance un lot de matériels au Médecin Directeur de la Maternité de Kintambo.
Enfin, la semaine de la sage-femme a été lancée par le ministre de la Santé, Félix Kabange Numbi. Dans son mot de circonstance, il s’est demandé pourquoi l’accouchement est devenu un drame dans notre pays. Il a fait savoir, à cet effet, que le gouvernement s’engage à améliorer les conditions  de travail des sages-femmes et à les équiper correctement, car elles tiennent entre leurs mains les vies des mères et des bébés. Il les a invitées à penser à l’arrière-pays car les statistiques actuellement disponibles indiquent qu’il n’y a qu’une aide-accoucheuse pour 15 femmes enceintes à terme.
Peu après, le ministre de la Santé a effectué une visite guidée des installations de la Maternité de Kintambo.
 
Nadège Bebela et Christelle Yesalaso (Stg/Ifasic)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*