Investi président de l’UDCO : Masangu Mulongo pour l’alternance politique dans le respect de la volonté du peuple

0
463

banza_mukalay_12_01C’est un leader politique vierge politiquement, la tête pleine d’initiatives, l’esprit orienté vers la transformation de nos immenses potentialités en richesses palpables pouvant contribuer à l’amélioration du vécu quotidien de notre peuple. Jean-Claude Masangu est réapparu, non dans son costume de gouverneur, mais dans sa nouvelle casquette de président national de l’Union pour le développement du Congo, parti cher au défunt Baudouin Banza Mukalay, et allié à la Majorité présidentielle.

C’était lors de la cérémonie de son investiture officielle et de la remise des oripeaux du parti, intervenue le mardi 21 juin 2016, devant de grosses pointures des formations politiques de la Majorité présidentielle avec en tête, le PPRD. Sénateurs, députés, ministres, professeurs d’université et responsables des banques et autres grandes
sociétés de la place, s’y sont donné rendez-vous pour communier avec les cadres et les militants de ce parti.

Dans un discours qui fera date dans l’histoire politique de notre pays, Jean-Claude Masangu a dévoilé ses ambitions à la tête de l’UDCO : raviver sa flamme politique après la disparition de son fondateur Baudouin Banza Mukalay, redonner confiance aux cadres et militants autour de la nouvelle direction du parti, apporter son appui au PPRD en soutenant l’autorité morale, le président Joseph Kabila Kabange.

Interpellé par la dégradation de la situation économique, il s’est dit préoccupé par la hausse des prix des produits importés, en particulier des denrées alimentaires frappant de plein fouet les populations les plus vulnérables.

Dans un message pathétique, l’autorité morale de l’UDCO a exhorté les
Congolais à dépasser leurs divergences. Car, a-t-il dit, «ce qui nous
unit est plus fort que ce qui nous divise. Recherchons la paix, a
conseillé Masangu, plutôt que la guerre. Et la stabilité, plutôt que
le chaos. La sécurité plutôt que l’insécurité, l’intégrité du
territoire plutôt que la partition». Il s’est affiché comme un homme
de la rupture avec des antivaleurs, partisan du changement et du
rayonnement de l’UDCO dans toutes les provinces. Il soutient
l’alternance politique au pouvoir, mais dans le strict respect de la
volonté du peuple.
Joseph Mudumbi, le président national a.i de l’UDCO, a pris la parole
auparavant pour signaler que c’est à l’issue de la réunion des
fondateurs et cofondateurs, tenue le 23 mai à Lubumbashi, qu’il a été
décidé de confier les rênes du parti à Jean-Claude Masangu, avec
l’espoir qu’il sera à la hauteur de ses responsabilités. L’UDCO qui
comprend 13 fédérations, aligne au parlement, deux sénateurs, six
députés nationaux, un ministre au gouvernement central et un ministre
provincial. Elle est la locomotive du groupe parlementaire «  Terre
d’avenir » très influent au sein de la Majorité présidentielle avec
quatre ministres au gouvernement central.
Le président de l’Espace katangais a félicité le président national
de l’UDCO pour son investiture, et au nom de  la communauté
katangaise, il a promis de lui apporter tout son soutien. Lwamba lua
Nemba en a profité pour louer les grandes qualités morales de
Jean-Claude Masangu qui rassure qu’il va porter haut le flambeau du
parti de Baudouin Banza Mukalay.
A l’issue de cette cérémonie, de nombreux leaders politiques notent
que Masangu Mulongo est porteur d’un dynamisme débordant qui risque
d’attirer vers l’UDCO, les cadres aigris et déçus dans certains partis
politiques de la Majorité présidentielle.

J.R.T.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •