Invalidation de trois députés de l’AABC à la cour constitutionnelle : Julien Paluku crie au scandale judicaire

0
130

La tension reste vive sur  l’ensemble du pays depuis que la Cour constitutionnelle, statuant en premier et dernier ressort,  a rendu ses arrêts à l’issue des élections législatives de décembre 2018. On dénombre à ces jours une trentaine de députés nationaux invalidés dont 3 du Regroupement politique «  Alliance des Acteurs pour la Bonne Gouvernance du Congo », AABC en sigle.  C’est dans ce cadre que ledit regroupement s’est réuni le samedi 15 juin 2019 à son siège National, sous la direction de son président  national,  Julien Paluku.

            Après analyse et débat, l’AABC a, dans une déclaration rendue publique à cet effet,  constaté avec étonnement et regret que ses 3 députés ont été invalidés en faveur de trois ministres en fonction au Gouvernement Central. Il s’agit de:

– Muembo Nkumna Raphael,  élu de Lubefu   au Sankuru  avec 23.848 voix, invalidé en faveur de Okundji Emery, qui n’a réuni que 9.557 et dont le regroupement, Rassop /Kasa-vubu, n’a pas atteint le seuil;

– Kaningu Faustin, élu de Kabare au Sud-kivu avec 20.607 voix, invalidé au profit de Marie-Ange Mushobekwa qui n’avait que 4.200 voix.

– Katasi Kyala Kennedy, élu de Lukunga à Kinshasa avec 12.246 voix, invalidé en faveur de Thomas Luhaka, avec comme particularité, de n’avoir jamais attaqué le député invalidé et dont le dossier n’a jamais  été notifié ni au regroupement, ni à l’intéressé au niveau de la haute Cour.

            Par ailleurs, l’AABC a fait remarquer que si la cour constitutionnelle  décidait de maintenir ces genres de  décisions, cela  occasionnerait  un scandale judicaire en RDC, d’autant plus qu’elle a été induite en erreur.  Pour ce faire,   l’Alliance des Acteurs pour la Bonne Gouvernance du Congo affirme avoir introduit à la Cour,  trois requêtes en rectification d’erreurs matérielles flagrantes constatées.

            « Le Regroupement AABC s’en remet à la sagesse du Président de la cour pour la mise en place d’une chambre spéciale en vue d’examiner  ces types d’erreurs matérielles flagrantes et remettre les trois députés valablement élus dans leurs droits », a conclu le communiqué remis à la presse.

            Il sied de rappeler que le président  de la Cour constitutionnelle, Benoit Lwamba, avait reçu le vendredi 14 juin une délégation des députés et sénateurs invalidés  vendredi dernier, leur promettant  de mettre en place une commission spéciale pour réexaminer les invalidations de certaines personnes. Cette rencontre avait fait suite aux protestations qui ont émaillé l’invalidation des mandats d’une trentaine de députés de l’opposition.

            Ainsi donc, cette chambre spéciale sera mise en place pour statuer sur les cas flagrants de tricherie des juges.

P.D.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •