Insécurité, Ebola, naufrage : le langage de fermeté de Fatshi

0
174

Le Président de la République savait que son séjour au Nord-Kivu devait être celui de l’émission des signaux forts contre l’insécurité, le virus Ebola et, ce qui n’était pas prévu à son agenda, la navigation à vue sur les lacs Kivu, Edouard et Albert. Qu’il s’agisse des actions des forces négatives, internes comme externes, de la lutte contre Ebola, ou de l’aventurisme des armateurs sur les voies lacustres, Félix Antoine Tshisekedi a décrété des mesures fermes du retour à la normale.

            On rappelle que pour ce qui est du volet sécuritaire, il a confirmé la mise en œuvre des moyens humains, logistiques et financiers indispensables à la stabilisation de ce front militaire, avec comme préalable majeur le dépôt volontaire de leurs armes, par les rebelles ougandais et rwandais ainsi que les miliciens locaux. Il a souligné aussi l’option de relève des officiers et troupes trop longtemps basés au Nord-Kivu et leur remplacement par d’autres. Une sévère mise en garde a été lancée aux forces négatives qui s’opposeraient à leur désarmement volontaire car cela obligerait l’armée régulière à entrer en action. Les politiciens qui seraient tentés de persévérer dans le jeu malsain de l’instrumentalisation des forces négatives ont également reçu un avertissement sans frais, sous le vocable de la « tolérance zéro ».

            Face à l’autre ennemie invisible qu’est Ebola, le Chef de l’Etat, tout en garantissant aux populations touchées par cette épidémie la poursuite de la mobilisation, par le gouvernement et ses partenaires, des moyens requis pour la prévention et la riposte, a condamné sévèrement les coutumes rétrogrades visant la démobilisation des familles dans l’observance des règles d’hygiène et la participation aux campagnes de vaccination.

            Enfin, concernant les naufrages à répétition qui endeuillent les compatriotes de l’Est du pays, le Président de la République a promis des sanctions contre les responsables politico-administratifs ainsi que les armateurs qui ne respectent par les normes de sécurité relatives au transport des personnes et des biens sur les lacs. Même si l’anarchie actuelle est présentée comme l’héritage de l’ancien système, il a exprimé sa détermination à mettre un terme au cycle des naufrages à répétition sur les lacs Kivu, Edouard et Albert.

            En guise de solidarité avec les familles endeuillées par le naufrage de la pirogue motorisée qui a chaviré le lundi 15 avril sur le lac Kivu, Félix Antoine Tshisekedi a visité hier le site du drame et partagé leur douleur. Sa proximité physique et morale avec ceux qui ont perdu des êtres chers s’est voulue une marque de sa désapprobation des antivaleurs qui gangrènent le trafic lacustre et qu’il va s’efforcer d’éradiquer.

Kimp

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •