Impayé depuis 30 mois, le personnel politique de Kinshasa hier dans la rue

0
424


Des membres des cabinets politiques, de l’administration urbaine et des régies de la ville-province de Kinshasa ont débrayé hier jeudi 4 avril 2019 dans l’enceinte du gouvernement provincial, dans la commune de la Gombe. Chauffés à blanc, ils ont battu le pavé sur plusieurs artères du centre-ville, pour aller exprimer leur ras-le-bol à Guy Matondo, ministre provincial en charge des Finances, dont le cabinet de travail se trouve non loin du Casier judiciaire. A la base, ils réclament des arriérés des salaires de 30 mois et des indemnités de sortie.

            Concrètement, ils accusent des arriérés de 5 mois des salaires pour l’année 2010,  de 5 mois en 2016, de 7 mois en 2017, et le dernier salaire perçu est du mois d’août 2018. Depuis lors, ils attendent en vain celui du mois de septembre 2018, ont-ils déclaré à la presse.

            Après avoir observé le silence pendant longtemps, sans obtenir gain de cause à leurs revendications, les personnels des cabinets politiques et autres ont décidé de briser le silence contre l’indifférence totale du tandem Kimbuta-Matondo, accusés par ces derniers d’avoir géré les finances de la ville de Kinshasa de manière peu orthodoxe. C’est dans cet élan de colère que ces manifestants ont décidé de saisir le Procureur Général de la République, afin qu’il puisse diligenter une enquête judiciaire contre eux, vu la gravité de la situation.

Rameaux en mains, sifflets et banderoles, ils avaient pris d’assaut l’Hôtel du gouvernement, scandant des chansons hostiles à celui qui a trôné à la tête de la ville de 2007 2018.  A l’entrée du portail, ils ont placardé des papiers où on pouvait lire : « Membres des cabinets politiques, Divisions urbaines et Régies de la ville de Kinshasa, réclament des arriérés des salaires et indemnités de sortie de 30 mois sans salaires… Les amis du Kongo central, faites attention avec Guy Matondo… ».

             Dans leur marche vers le ministère provincial des Finances, ils n’ont rencontré aucun obstacle. Fort malheureusement, une fin de non-recevoir leur a été réservée. On laisse entendre qu’ils vont récidiver ce vendredi 5 avril 2019, jusqu’à ce qu’ils auront gain de cause. Il semble que leurs dossiers auraient été inscrits à l’ordre du jour de plusieurs conseils des ministres du gouvernement provincial, sans suite.

            Dans la foulée, les manifestants regrettent que l’ancien gouverneur ait quitté l’Hôtel de Kinshasa en laissant derrière lui de nombreux contentieux financiers.                  

            Pas plus tard que le 30 mars dernier, le Collectif des TT (Tous Travaux des Stations de Transfert(FULU) de Kinshasa avait débrayé devant l’Hôtel de ville pour réclamer 21mois d’arriérés de salaires impayés, soit 1.002.330 dollars américains. Jean-René Ekofo

  • 79
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •