Ilunkamba : c’est vraiment fini

0
867

La deuxième victime collatérale du départ de Jeanine Mabunda de la présidence du Bureau de l’Assemblée Nationale n’est personne d’autre que Sylvestre Ilunga Ilunkamba, le Premier ministre. Déjà en sursis à la suite de « la mise à mort », par le Chef de l’Etat, de la coalition FCC-CACH, le dimanche 06 décembre 2020, le chef du gouvernement s’accrochait, semble-t-il, à une planche de salut appelée « majorité parlementaire », que sa famille politique prétendait contrôler encore à l’Assemblée Nationale.

            Les événements d’hier soir au Palais du peuple, avec les votes-sanctions des députés nationaux contre Mabunda et consorts, viennent de lui apporter une réponse claire et nette quant à la fausseté de la vision des caciques du FCC. A présent, il n’y a plus de doute : c’est vraiment fini pour lui à la Primature.

            Ilunga Ilunkamba n’a plus aucune marge de manœuvre pour s’accrocher à son poste. S’il tient encore à son honneur et à sa dignité, il devrait rendre son tablier sans se faire prier. Dans l’hypothèse où il persisterait dans la résistance, une motion de défiance pourrait être articulée contre lui dès l’installation du nouveau Bureau de l’Assemblée Nationale, ce qui lui vaudrait une sortie par la petite porte, donc dans l’humiliation.                                                                  Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •