Il n’y a pas que l’UDPS…

0
236

Sur les réseaux sociaux, on ne fait qu’incriminer les combattants de l’UDPS dans l’agitation que connaît en ce moment Kinshasa et qui a fini par gagner la ville de Lubumbashi. Une analyse impartiale et professionnelle des images diffusées au fur et à mesure sur les mêmes réseaux sociaux montrent que ces motards et autres jeunes à pied de plus en plus nombreux viennent de partout, pas forcément de l’UDPS. Aujourd’hui c’est, en fait, le remake du même mouvement qui, à la même période, en 2015, fit échec au même subterfuge par lequel, à l’époque, la Kabilie, par un projet de loi scélérat sur le recensement, tentait de prolonger à la tête de l’Etat le séjour de son «gourou». Aujourd’hui,  la peur au ventre au lendemain du procès retentissant sur le Programme des «100 Jours», elle a récidivé avec un autre projet de loi tout aussi scélérat visant cette fois à caporaliser la Magistrature. Les mêmes causes provoquent toujours les mêmes effets.

            Ce qui se passe est sans doute annonciateur d’une insurrection populaire nourrie par de frustrations ressenties chaque jour par la frange la plus importante de la population longtemps marginalisée. Il est donc erroné, chers confrères  notamment de la presse en ligne, de ne stigmatiser que les partisans d’un parti politique bien ciblé qui, pourtant, n’a pas le monopole des affres de la pauvreté et de misère indicible qui accablent implacablement et sans coloration politique et ethnique, encore moins sociale, toute la population. Revoyez vos prismes d’analyse pour une information professionnelle, honnête, responsable et vraie.

Charles Dimandja Wembi

(C.P.)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •