Hier au Vatican et à Kinshasa : le Pape François et les Chrétiens ont prié pour la paix en RD Congo

0
261

« Seigneur Notre Dieu, toi qui donnes la paix et qui est la paix en personne. Tu n’habites pas où se trouve la haine, tu ne te plais pas où règne la discorde, en ce jour où le Pape François préside la prière pour la paix au Soudan du Sud et en République Démocratique du Congo, nous te prions par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, Reine de la paix, fais régner ta paix et ta miséricorde dans notre
pays, la Rd Congo. Soutiens les efforts de tous ceux et de toutes
celles qui s’engagent pour que cette Nation devienne un Etat de droit
où règnent la justice et la paix. Par Jésus-Christ ton Fils, notre
Seigneur et notre Dieu ; qui vit et règne avec Toi et le Saint Esprit,
pour des siècles des siècles… Amen ». C’est par cette prière de
circonstance que l’Abbé Hergé Kapenda, vicaire de la paroisse Saint
Anne, dans la commune de la Gombe, a débuté au sein de son église, la
soirée en réponse aux instructions données par le Cardinal Laurent
Monsengwo Pasinya, archêque métropolitain de Kinshasa.

Ces instructions ont recommandé que soit organisée dans chaque
paroisse une : « Prière du 23 novembre pour nous unir avec le Pape
François qui prie pour la paix au Soudan du Sud et en République
Démocratique du Congo ». Effectivement, cette séance s’est tenue hier,
jeudi 23 novembre 2017. Par la suite, il a lu les Ecritures Saintes
qui recommandent la paix entre les hommes de bonne volonté,
particulièrement l’Evangile selon Saint Jean 14,25-28, où le Seigneur
Jésus annonce aux apôtres qu’il leur laisse sa paix, qu’il leur donne
la paix, mais pas de la manière que le monde la donne. L’homélie  qui
s’en est suivie a souligné la nécessité pour les hommes,
particulièrement les Chrétiens, de s’aimer pour que la paix règne, que
chaque être humain ait une mission sur la terre comme le Christ
lui-même qui avait une mission et une fois sa mission terminée, il est
parti. Tout homme ou tout chrétien doit aussi savoir que sa mission à
une fin et qu’à cette fin, il doit partir et laisser aux autres la
tâche de poursuivre.

Accord de la Saint Sylvestre : cadre consensuel pour la paix en RDC

En outre, l’officiant du jour a illustré sa prédication par plusieurs
images qui provoquent la désunion parmi les humains : les riches qui
veulent tout garder pour eux, alors qu’une saine répartition des
revenus de la terre peut faire que tout le monde trouve son compte et
vive en paix ; les «shegues» qui ont plus besoin de travailler que de
mendier ; certaines gens qui s’en prenne gratuitement à l’Archevêque
de Kinshasa alors que celui-ci n’accomplit que son travail de pasteur
; des professeurs d’universités qui développent de belles théories de
vie pour une cohabitation fraternelle dans les auditoires, mais qui,
une fois au pouvoir, changent de langage et pratiquent le contraire de
leurs enseignement. Il s’est alors interrogé s’il était encore
nécessaire de continuer à faire confiance à cette catégorie de
Congolais. Cette prière spéciale n’a pas prévu de célébration
eucharistique. C’est ainsi qu’après la prédication, il a été lu et
distribué aux fidèles, un condensé imprimé en Lingala, Swahili,
Tshiluba et Kikongo de l’Accord de la Saint Sylvestre et du message de
la CENCO demandant à tous les Congolais de se mettre débout pour
sauver le pays qui va très mal.
Enfin, la prière de « Notre père » laissée par le Christ pour la paix
a été entonnée avant la prière de conclusion qui a supplié Dieu
d’éloigner de « Nous le sceptre de l’orgueil, de la haine, de la
division et de toute action susceptible de conduire notre Nation à la
dérive. Par l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, Reine de la
Paix, hâte la venue de ce temps où notre Nation sera en paix et où son
Peuple vivra à l’abri de la peur et de la misère ». A la suite de la
bénédiction finale, la chorale a entonné un chant d’envoi en mission.
En sortant de la célébration, plusieurs fidèles, méditatifs, n’ont pas
cessé d’épiloguer sur le comportement caméléon de certains politiciens
qui plombent la promotion de la démocratie et de la paix dans notre
pays.
SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •