Héros Nationaux : débat sans objet

0
217

Un débat s’est invité aux funérailles d’Etienne Tshisekedi, programmées du 30 mai au 1er juin 2019 au stade des Martyrs de la Pentecôte, à Kinshasa. Selon la volonté de ses géniteurs, il s’articule autour du projet d’élévation de l’illustre disparu à la dignité de « Héros National ». Pour d’aucuns, la reconnaissance d’un tel mérite devrait passer par la consultation préalable du Parlement. Selon leur entendement, le Chef de l’Etat, qui se trouve être comme par hasard le fils biologique du défunt, ne serait pas compétent pour officialiser pareille option.

            Les débatteurs qui voudraient bien revisiter l’article 84 de la Constitution pourraient constater, sans peine, que la controverse du moment est sans objet. On peut lire notamment : « Le Président de la République confère les grades dans les ordres nationaux et les décorations, conformément à la loi ». Sincèrement, le débat peut être clos à la lecture de cette disposition statutaire. Présentement aux affaires, Félix Tshisekedi devrait-il attendre l’avènement d’un autre Président de la République pour poser le problème de l’éméritat politique de son père ?

            Par conséquent, s’il existe un « Ordre des Héros Nationaux » – et c’est heureusement le cas en République Démocratique du Congo – l’autorité compétente pour y faire entrer des fils et fils du pays n’est personne d’autre que Félix Tshisekedi. On rappelle qu’en son temps, Mobutu Sese Seko avait proclamé Patrice Emery Lumumba « Héros national ». Sous Joseph Kabila, le pays a salué l’émergence de cinq « Héros Nationaux » : Kimpa Vita, Simon Kimbangu, Patrice Emery Lumumba, Joseph Kasa-Vubu et Laurent Désiré Kabila.

            La question de fond, croyons-nous, est de savoir si Etienne Tshisekedi, remplit le critérium requis pour être admis au panthéon des « Héros Nationaux ». Il y a lieu d’admettre que si son dossier devrait être débattu au Parlement ou soumis à un référendum populaire, le plébiscite serait sans appel.

            Ce serait du reste faire injure à la mémoire de ce combattant de la démocratie et de la liberté que lui contester le statut, qu’il mérite mille, de « Héros National ». S’il existait un cadre plus élevé des dignitaires de la République, il devrait en faire partie.

                                               Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •