HCR : les agents de la DGM sensibilisés sur la protection et besoins des réfugiés

0
93

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR) a organisé hier, jeudi 18 juin 2015, un atelier de formation sur la protection et les besoins des réfugiés et déplacés internes. Cette activité organisée dans la salle paroissiale Notre Dame de Fatima, à la Gombe, était destinée aux fonctionnaires de la Direction Générale de Migration (DGM). Une séance de formation ayant pour but d’apporter une valeur ajoutée aux solutions des problèmes liés à la complexité de la protection des réfugiés.  Le HCR noue des contacts avec la DGM qui pourraient aider les réfugiés dans certaines situations telles que la xénophobie, la détention arbitraire, le refoulement, le phénomène de sorcellerie dans les sites, les mariages mixtes, l’accès aux services publics ou aux terres arables.  Les fonctionnaires de la DGM sont, dans la plupart de ces situations diverses, les premiers acteurs de l’Etat qui accueillent les différents migrants. C’est dans ce contexte qu’ils bénéficient de cette formation. Ils se mettent au service des personnes persécutées à cause de leurs race, religion, nationalité, appartenance à un groupe social ou de leurs opinions politiques.

Au cours de ces assises, Carolyn Ennis, assistante du représentant régional du HCR chargé de la protection, a fait savoir que c’est pour faire respecter les standards internationaux de traitement des réfugiés conformes aux normes internationales de protection et de respect des droits de l’homme, que le HCR est entré en contact avec la DGM. Elle a indiqué que chaque le 20 juin le monde entier  célèbre la journée mondiale des réfugiés afin d’honorer la résilience de celles et ceux qui ont été déplacées de force en Afrique. Et que cette journée a commencé à être célébrée depuis 2001 tout en notant que la tradition de sensibiliser les gens à la cause des réfugiés à travers des évènements commémoratifs a vu le jour bien avant le 21ème siècle. Elle a rappelé que c’est en 1914 qu’émerge ce type de commémorations, lorsque le Pape Pie X instaure la Journée mondiale des migrants et des réfugiés et que le passage de
la Journée des réfugiés africains à la Journée mondiale des réfugiés reflète une plus grande prise de conscience, au niveau international, de la cause des réfugiés et du fait que personne ne choisit de devenir un réfugié.

Réfugié : personne ordinaire vivant une situation extraordinaire

Cette année 2015, le thème choisi par le HCR pour cette journée est : « Les réfugiés sont des personnes ordinaires dans une situation extraordinaire». Cela vise à engager les personnes qui connaissent peu ou pas les réfugiés ou le travail du HCR à faire un premier pas, modeste, pour devenir des supporters ou mieux des Ambassadeurs de bonne volonté de ces personnes déracinées. Carolyn Ennis a affirmé que les réfugiés sont des personnes ordinaires qui vivent une situation extraordinaire ; et qu’en mettant l’accent sur des expériences humaines ordinaires, le HCR a davantage de flexibilité pour diffuser des messages parlant de tolérance envers les réfugiés dans différents pays.
Au regard du nombre important de personnes concernées par le mandat du HCR en RDC, 234.665 réfugiés et 2.857.446 personnes  déplacées internes, forcées de fuir à cause de la guerre, le HCR pense que les fonctionnaires de la Direction Générale de Migrations auront au travers de cette conférence, l’occasion d’appréhender ces situations humanitaires périlleuses  et de prendre une minute pour exprimer un geste de sympathie envers une famille déchirée par la guerre. La même attention devrait s’étendre aussi aux 467.102 réfugiés congolais qui sont localisés dans les pays limitrophes de la RDC, en leur qualité de potentiels candidats au rapatriement volontaire.
Murka

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •