Guerre ouverte contre la contrefaçon en RDC !

0
121

Le ministre de l’Industrie, Anicet Kuzunda Mutangiji a interpellé les opérateurs industriels sur la menace que fait peser, sur la santé des consommateurs, la production des articles non-conformes aux recommandations normatives nationales et internationales. C’était hier 14 octobre 2010 à l’Hôtel Sultani, à l’occasion de la commémoration de la Journée mondiale de la normalisation. Le thème central retenu cette année est : « Des normes pour un monde accessible à tous ». 

            Ayant fait du bien-être de la population son cheval de bataille, la République Démocratique du Congo, par le truchement du ministère de l’Industrie, est partie prenante à l’Organisation Internationale de Normalisation (O.I.N.), à l’Union Internationale des Télécommunications (U.I.T.) et à la Commission Electrotechnique Internationale (C.E.I.). 

Dans cette optique, le ministre de l’Industrie vient de reprendre toutes ses prérogatives en matière de contrôle et de surveillance de la conformité aux normes nationales et internationales. Il est créé ainsi une cellule technique chargée d’épauler le Comité National de Normalisation. La RDC compte engager des négociations avec des partenaires publics ou privés disposant des laboratoires spécialisés en vue les mandater dans des secteurs spécifiques de la normalisation et de la métrologie.

            A cet effet, le ministère de l’Industrie invite les concepteurs, les fabricants ainsi que les décideurs à se conformer aux recommandations normatives internationales, en prenant en compte tous les éléments liés à la sécurité des consommateurs ou utilisateurs. « J’attire l’attention de ceux qui opèrent sur l’espace industriel de la RDC et qui se livrent à une production non-conforme aux normes de qualité, que l’Etat ne laissera pas impunies ces activités qui mettent en danger les consommateurs de leurs produits », a souligné Anicet Kuzunda.

            Soucieux de voir la production nationale être à la fois consommée sans crainte et se défendre valablement sur le marché international où règne une compétitivité impitoyable, le ministre de l’Industrie a donné au Secrétaire Général de son ministère les orientations requises pour que soit renforcée l’action de l’administration, notamment dans le domaine de la normalisation, pour sa redynamisation sur toute l’étendue du territoire national.

            Certes, la République Démocratique du Congo, avec ses 217 normes publiées dans le domaine de la normalisation, est loin du compte, en comparaison avec des pays qui alignent en ce moment plusieurs milliers de normes nationales. Cette commémoration offre également à notre pays l’opportunité de reconnaître le mérite de l’expertise nationale qui déploie de gros efforts pour produire et vulgariser, dans des conditions difficiles, les normes nationales, afin de permettre à nos concitoyens de « consommer propre et qualité ».

En marge de l’intervention du ministre de l’Industrie, une matinée scientifique a été animée par trois orateurs. Le premier, Saturnin Wangwamba Mutshima, Directeur chef de Service de la Normalisation et Métrologie légale au ministère de l’Industrie, a planché autour du sous-thème «  La redynamisation des activités de normalisation par le ministère de l’Industrie ». Wolf Christian Kimasa Giamona, Président du Conseil d’Administration de l’Office Congolais de Contrôle (OCC), a parlé de « Normalisation, facteur de la compétitivité  des produits à l’importation et à l’exportation ». Enfin, Modeste Kazeke, Secrétaire Général de l’Ong Appromen,  a développé le sous-thème «  La réussite de la Chine dans le domaine de la normalisation ».

                                           Simbungu Lumingu Eddy (Stagiaire/ UCC)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*