Grève à la SCTP : sursis de 5 jours au ministre Okende

0
54

Déclenchée le jeudi 14 octobre 2021, à partir de la ville de Kinshasa par l’Intersyndicale, la grève générale au sein de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP) se poursuit inlassablement.

         Hier lundi 18 octobre 2021, devant l’immeuble administratif situé sur le boulevard du 30 juin, cadres et agents s’y sont donnés rendez-vous, à l’appel de l’Intersyndicale pour une assemblée générale.

         Contre toute attente, le site est vite transformé en «Golgotha» où des pneus ont été brûlés, des rameaux brandis, des vuvuzela et des siflets ont retenti à souhait.

         Le spectacle inédit a attiré la curiosité de plus d’une personne sur le boulevard du 30 Juin, au point qu’un véhicule de la MONUSCO, avec à bord des agents a quadrillé le secteur dans le but de savoir de quoi il retournait.

         Sous une forte tension qui ne cessait de monter, certains grévistes exigeaient même à tue-tête, la démission de leur Directeur Général intérimaire.  C’est l’ambiance qui a regné durant tout l’avant-midi jusqu’à l’arrivée du ministre des Transports, Voies de Communications et Désenclenvement, Chérubin Okende Senga, vers 13 heures, pour calmer la tempête.

          Il y a lieu de retenir que le premier face-à- face du ministre des Transports avec cadres et agents de l’ex-Onatra, à la place dite «Golgotha», s’est déroulé sous une haute tension. Chérubin Okende s’est engagé à trouver solutions des idoines et définitives à leur cahier de charges.

         La masse laborieuse attendaient des réponses claires aux dossiers dits «207», c’est-à-dire 207 millions de dollars américains que le gouvernement congolais doit à la SCTP et des ports privés illégaux non fermés jusqu’à ce jour.

         A cela s’ajoute le paiement régulier de leurs salaires, comme le Chef de l’Etat l’avait décidé, en son temps pour les agents de la SNCC (Sociéié Nationale des Chemins de fer du Congo), à partir de la RLT (Redevance Logistique Terrestre).

         Quant au dossier dit «207», le patron des Transports RD-Congolais a indiqué qu’à ce jour, il se trouverait déjà sur la table du ministre des Finances, Nicolas Kazadi. Et d’ajouter qu’à ce stade le dosiier n’attend que l’autorisation de l’argentier du gouvernement Sama Lukonde pour que ces fonds soient directement transférés à la banque dûment choisie par la SCTP.

         Dans les couloirs du bâtiment administratif de l’ex-Onatra, les syndicalistes citent la Raw-Bank comme celle qui était choisie pour que ces fonds y soient logés par le gouvernement.

         Concernant le dossier des ports privés illégaux, il a rappelé qu’il préoccupe au plus haut point le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, ainsi que l’ensemble du gouvernement des «Warriors». 

         Pour ce faire, a-t-il indiqué, les ministres de l’Intérieur, de la Justice et des Transports étaient instruits pour exécuter la décision de leur fermeture incessamment,  parce que la sécurité intérieure de la République Démocratique du Congo en dépend, surtout dans sa littorale du fleuve Congo dans le Kongo Central, qui est la porte d’entrée et de sortie vers l’Océan Atlantique.

         Il a rappelé à la masse laborieuse que c’est un dossier qui avait commencé du temps du gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba. Et le gouvernement des «Warriors» est arrivé pour exécuter la décision du Chef de l’Etat, Fatshi, en les fermant définitivement. 

         A l’en croire, certains anciens dignitaires de l’ancien régime, en complicité avec de haut-cadres de la SCTP, travaillaient pour la mort programmée de l’ex-Onatra, afin de faire émerger leurs sociétés privées.

         Malgré toutes ces assurances, les travailleurs lui ont donné 3 jours pour leur apporter des réponses. Et il a dû négocier pour un sursit, de 5 jours, à dater du mardi 19 octobre 2021.

         Séance tenante, Chérubin Okende a promis de revenir à la place «Golgotha» le lundi 25 octobre 2021 pour leur donner des réponses, après ses contacts avec ses collègues du gouvernement, impliqués dans les dossiers.

Le ministre a promis aussi de se rendre, dès ce mardi 19 octobre 2021, au Kongo Central, précisément dans les villes de Matadi et Boma, où fonctionnent illégament ces ports privés, au détriment de l’ex-Onatra.  

         Les grévistes conditionnent la fin de la grève aux solutions aux problèmes soumisau ministre.

         Dans la foulée, ils confirment qu’ils se présenteront tous les jours dans l’enceinte du bâtiment administratif pour marquer leur détermination à maintenir la grève. 

Jean-René Ekofo

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •