Gratuité de l’enseignement : de nouvelles mesures d’encadrement en chantier

0
207

Le gouvernement réaffirme sa volonté et affiche sa détermination de rendre effective la gratuité de l’enseignement de base sur l’ensemble du territoire national congolais, tel que décidé au Forum national de l’Education du mois d’août et entériné lors de son tout premier Conseil des ministres présidé par le Président de la République.

            La question a été encore une fois débattue, hier mardi à la réunion de conjoncture économique présidée par le chef du Gouvernement à la Primature. Cette réunion restreinte a connu la présence de quelques membres de l’Exécutif national, à savoir : les Vice-premiers ministres en charge du Budget, Jean Baudouin Mayo, et sa collègue du Plan, Elysée Munembwe, les ministres d’Etat chargés de l’EPST (Enseignement primaire, secondaire et technique), Willy Bakonga et de la Défense nationale Aimé Ngoy Mukena, le Vice-ministre des Finances Junior Mata, plus un délégué de la Banque centrale du Congo.

            Prenant la parole, le ministre de l’EPST a exposé la situation constatée dans les écoles publiques à travers le pays depuis la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement en République Démocratique du Congo.

            Intervenant sur le dossier, le Vice-premier ministre et ministre du Budget a, sur base du rapport du ministre d’Etat en charge de l’Enseignement primaire, secondaire et technique, annoncé que de nouveaux ajustements et mesures d’encadrement seront arrêtés lors du conseil des ministres de ce vendredi.

Toujours au cours de cette même réunion de conjoncture économique, des priorités liées à la sécurité dans l’Est du pays, tout comme la note du gouverneur de la BCC relative au financement du déficit enregistré au 3è trimestre 2019, ont été également examinées.

            Enfin, le projet du Budget de l’exercice 2020 a été à nouveau examiné au cours de cette réunion, et il a été décidé que l’option définitive sera levée au Conseil des ministres du vendredi avant son dépôt au bureau de l’Assemblée nationale.Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •