Grâce à l’appui de l’Unicef : 314 élèves de l’EP 4/Masina et EP/Frontière ont de l’eau en permanence

0
13

Une équipe du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF), conduite par Pierre Fuamba – administrateur au programme « Eau, Hygiène et Assainissement » à l’Unicef/Ouest, à Kinshasa – est descendue le lundi, 25 mars 2019, dans le quartier Tshangu, commune de Masina, pour vérifier la certification de « Ecoles assainies » attribuées à deux écoles primaires non conventionnées, fonctionnant dans la concession de l’Eglise Armée du salut. Il s’agit de l’EP 4/Masina (ayant un effectif de 214 élèves dont 104 filles) et l’EP Frontière (ayant 100 élèves). Les efforts de ces deux établissements pour décrocher cette certification ont été appuyés par l’Unicef dans le cadre du programme gouvernemental intitulé : « Ecoles Assainies ».

            Sur place la délégation a été accueillie par les chefs d’établissement de ces écoles qu’entourés les « Enfants reporters ». Ils étaient encadrés par l’inspecteur Jules Labouré Mayamba qui est le responsable provincial en charge de la communication du programme « Ecoles Assainie ». Mettant à profit les actions prévues pour la « Journée Mondiale de l’Eau », célébrée chaque année le 22 mars, l’Unicef a voulu vérifier l’environnement « assaini » qui entoure ces deux écoles qu’il a soutenu et particulièrement la disponibilité de l’eau pour les élèves et le personnel enseignant. Le constat était concluant. La propreté de la cour, des toilettes et les explications des élèves vivant dans cet environnement, ont convaincu leurs hôtes.

             En effet, le programme « Ecoles Assainies » visent à changer le comportement des élèves en leur inculquant des bonnes habitudes pour éviter certaines maladies, particulièrement les maladies de mains sales ; à créer un environnement assaini, permettant à une école de fonctionner dans un environnement sain, où la propreté des salles de classes, des latrines, de la cour de récréation est de rigueur et de l’eau en permanence pour tous les élèves et du personnel.

            La condition « sine qua non » pour appliquer un tel programme consiste évidemment à avoir, en permanence à l’école, de l’eau et du savon ; mais aussi de bonnes latrines, séparées, pour les filles et les garçons (toilettes genrées). Pour aider ces écoles, l’Unicef s’était investie pour faire placer dans un coin une pompe automatique de l’eau de forage, fonctionnant avec l’énergie solaire, deux  châteaux d’eau et des latrines. Concomitamment, une initiation aux bons comportements exigés pour le programme « Ecoles assainies » a été progressivement dispensée aux élèves et enseignants.

SAKAZ

  • 2
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •