Gouvernorat du Sankuru : encore un couac !

0
191

Alors que les députés provinciaux qui constituent le corps électoral pour l’élection du gouverneur et vice-gouverneur d’une province étaient déjà hier dans la salle pour procéder au vote afin de doter le Sankuru de nouveaux dirigeants, la nouvelle annonçant un énième report de cette élection est tombée comme un couperet ! Et cela par les médias, pendant que les députés provinciaux et la population attendaient l’arrivée du délégué de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), l’autorité habilitée à organiser ce scrutin.

En plus, c’est sur le tard soit en début d’après-midi pendant que les stations de radio émettant à Lusambo, capitale du Sankuru, annonçait le fameux report de l’élection du gouverneur et de son vice-gouverneur.

Les médias ont indiqué que le scrutin n’aura plus lieu, avant d’avancer des raisons sécuritaires, citant le délégué de la Ceni qu’on attendait pour organiser cette élection, comme source de l’information diffusée.

          D’après les médias, l’homme de la Ceni venait de recevoir des instructions lui interdisant d’organiser l’élection du gouverneur de province comme initialement prévu, pour des raisons sécuritaires.

          Entretemps, a-t-on appris des sources sur place à Lusambo, les députés provinciaux tout comme les délégués de l’un des candidats en lice, en l’occurrence Joseph Stéphane Mukumadi, continuaient d’attendre l’arrivée du délégué de la Ceni dans la salle.

Par ailleurs, les mêmes sources ont confirmé qu’il y avait effectivement un décor d’insécurité sur place dans la capitale du Sankuru. Les délégués de chaque camp se lançaient des messages violents et menaces à travers les radios de leurs obédiences respectives. Aucun camp ne voulait admettre l’échec de son candidat.

Qui a décidé ordonné le report ?

          Lassé par une attente de plusieurs heures et surtout sans aucune information en rapport avec le vote qui devait avoir lieu, le président de l’assemblée provinciale du Sankuru, Benoît Olamba, s’est vu obligé de lever la séance autour de 14 h35 heures locales. Il a évoqué comme raison l’absence du délégué de la Ceni, seul habilité à organiser l’élection, sur place à Lusambo.

          Benoît Olamba  ne s’est pas limité aux seules informations émanant du délégué qu’on attendait pour organiser l’élection. Il a également tenté d’atteindre le président de la Ceni Corneille Nangaa en personne, sans succès. Et face à cette impasse, il n’avait pas d’autre alternative que de suspendre la séance.

          Interrogé par la radio Top Congo, un proche de Lambert Mende (l’un de deux candidats en lice) a fait savoir que le report était l’œuvre de la Cour constitutionnelle. Cette dernière, d’après ses informations, avait été saisie par Lambert Mende en contestation de la candidature de son challenger Joseph Stéphane Mukumadi, pour cause de nationalité française.

          A l’en croire, c’est la Haute Cour qui aurait saisi la Ceni et l’assemblée provinciale par un communiqué afin de surseoir à l’organisation de l’élection du gouverneur et vice-gouverneur dans cette province.

          Pourquoi alors le président de l’organe délibérant n’était pas au courant ? En réponse à cette question, le proche du candidat Mende Omalanga explique qu’il s’agirait peut-être d’un retard pris dans la transmission de l’information.. Mais, aux dernières nouvelles, la Ceni s’est manifestée pour fixer cette élection au 20 juillet. Elle a évoqué l’insécurité pour justifier le report.   

          On rappelle que c’est pour la troisième fois que l’élection du gouverneur et vice-gouverneur vient d’être renvoyée sine die au Sankuru. D’abord, après le traitement des candidatures, on s’était retrouvé avec une seule candidature au moment où l’élection devait se dérouler dans toutes les provinces. Et à l’issue des recours introduits, une deuxième candidature a été réhabilitée. C’est celle de Joseph Stéphane Mukumadi.

Pour raison d’organisation, et au regard des tensions qui régnaient, il a été décidé de reporter le vote au Sankuru d’abord au 5 juillet, puis au 10 avant ce énième report.

Pari gagné pour le Sud-Ubangi   

          L’élection du gouverneur a eu lieu dans la province du Sud-Ubangi hier mercredi 10 juillet 2019.

C’est le ticket FCC Jean Claude Mabenze et Zéphyrin Zabusu, respectivement gouverneur et vice-gouverneur, qui l’a emporté par 17 voix sur 27.

Il y avait au départ six candidats en lice, à savoir : Taila Nage, Jean Claude Mabenze, Robert Kuluba, Gape Monoko, Benjamin Penge et Jean Cléophas Koli Mbwase.

Dom  

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •