Le gouvernement devant un feu rouge

1
471

C’est le cas de le dire de ce qui se trame  contre  l’ex-province de
l’Equateur autour du transfèrement controversé  des eaux de la rivière
Ubangi qui traverse trois pays d’Afrique centrale dont  la République
Centrafricaine, la République du Congo-Brazzaville mais  surtout la
République démocratique du Congo, d’où cette rivière  tire sa source
vers la Lukeni.

Et pourtant,  toutes les études sérieuses  menées par des
scientifiques de renom, même ici au pays, dont celles du professeur
Kasongo de l’Université de Lubumbashi,   montrent que pareil projet
sera suicidaire pour le pays,  singulièrement pour l’ensemble de la
province de l’ex-Equateur.  Les menaces les plus graves se situent sur
le plan écologique et climatique. La diminution des eaux dans cette
province va entraîner à coup sûr des conséquences en chaîne pour les
populations riveraines de Bas-Uélé,  Yakoma, Abuzi, Mobay-Mbongo,
Gbadolité, Gemena, Zongo,  la rivière Ngiri et sa réserve, le barrage
d’Inga  jusqu’à l’embouchure du fleuve Congo à Banana.
Reconnue comme province à dominance forestière à cause de sa riche
biodiversité, toute la faune  (animaux et poissons) ainsi que la
flore;   faute d’une pluviométrie régulière  et conséquente, risquent
de disparaître de la surface de la terre. La navigabilité des
embarcations sur cette rivière   sera  également compromise.  Et comme
le désert n’est pas très loin de là,  par absurde, cette rivière va
sécher et subir le même   sort que le  malade que l’on veut sauver par
perfusion des eaux du Congo au détriment de  sa population.

Alerte maximale

La dernière mise en garde est à prendre très au  sérieux.   C’est la
lettre ouverte  du chercheur  Albert Kabasele, professeur visiteur à
l’Ucg-Butembo, adressée aux politiciens congolais de tous bords  qui
met en garde contre le bradage des ressources  de la RDC, notamment le
transfert  de l’Ouganda vers le lac Tchad  qui n’est plus en danger.
Cela  même au prix du sang des Congolaises et Congolais programmés à
être sacrifiés sur l’autel de l’argent. Ainsi,  pour des raisons
mercantilistes, des lobbies cherchent à profiter de la naïveté des
Congolais pour les accompagner dans cette aventure sans lendemain,
qui menace  des vies des paisibles citoyens qui vivent autour de cette
rivière.
On se rappellera qu’en son temps,  le feu président Mobutu,  au sommet
de sa gloire, sur conseil de tous les experts qui voyaient déjà le
danger venir,   avait réservé une fin de non-recevoir  à ce complot
ourdi contre Congo et le peuple congolais.
En toute connaissance de cause, les  autorités congolaises et le
peuple congolais sont prévenus.   Sans passion, que les autorités
congolaises  ne puissent pas cautionner ce deal assassin pour les
générations futures, qui ne leur pardonneront jamais d’avoir  fait de
la  RDC un pays désertique alors qu’il ne l’est pas.
VAN

  • 22
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.