Gouvernement de cohésion nationale : José Makila revendique le statut de « vertébré »

0
112

asortie-officielle-de-Roge-Makila-2Cela fait maintenant cinq mois que le « Gouvernement de cohésion nationale », annoncé par le Chef de l’Etat devant les deux chambres du Parlement réunies en Congrès en octobre 2013, tarde à sortir. Pendant que les spéculations vont bon train autour des candidats Premier ministre – notamment MatataPonyo pour sa propre succession, Léon KengowaDondo, Aubin Minaku, Evariste Boshab, Jean-Claude Masangu – les listes des « ministrables » n’en finissent pas de circuler sous les manteaux.

 C’est dans cette ambiance d’inflation d’ambitions politiques que certaines personnalités de l’Opposition ayant pris part aux Concertations nationales apprêtent leurs costumes d’investiture. Selon les nouvelles en circulations dans les salons politiques de Kinshasa et de la province de l’Equateur, José Makila accuserait plusieurs longueurs d’avance sur la multitude de candidats aux portefeuilles ministériels. « Maquisard » du Mouvement de Libération du Congo de Jean-Pierre Bemba, ministre des Travaux Publics sous le Régime 1+4 (2003 – 2006), Député national élu en 2006 puis en 2011 et Gouverneur élu de la province de l’Equateur en 2007, cet acteur politique sort du lot des ministrables au sein d’une Opposition qui ne manquent pas de challengers de valeur, dont IngeleIfoto, LisangaBonganga, LumeyaDhuMaleghi, KumbuKumbel, KiakwamakiaKiziki… pour ne citer que ceux-ci.

D’aucuns pensent, au regard de son poids politique actuel, que le député national José Makila est un « vertébré » qui vient en seconde position après KengowaDondo au niveau de l’Opposition institutionnelle. L’on pense que l’homme a tissé patiemment sa toile depuis le maquis de Gbadolite, avant de faire montre de son sens de responsabilité et de son pragmatisme dans la gestion des affaires publiques, du Gouvernement national au gouvernement provincial de l’Equateur.

            Ses mandats politiques sans tache ont marqué les esprits, au point que l’opinion publique pense que si le « Gouvernement de cohésion nationale » devait être mis en place, José Makila serait incontournable. Député national le mieux élu dans la province de l’Equateur en novembre 2011, l’ancien gouverneur de l’Equateur n’est ni un politicien de mallette, encore mois celui des plateaux de télévision. A la différence de beaucoup de ses congénères, il entretient une « base «  solide », qui l’autorise à revendiquer un méga-ministère.

                                                                                  Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*