Go-pass : le gros de dépenses affecté à Kalemie

0
163

Parmi les révélations faites par l’Inspection Générale des Finances lors de sa rencontre avec la presse, il y a l’épineux dossier du Go Pass, cette taxe imposée à tous les passagers voyageant en avion. L’IGF dit avoir identifié une personne responsable du détournement de la grande partie de l’argent réellement perçu.

            Selon les explications de jules Alingete, l’Inspecteur Générale des Finances, il était question, lors de la mission de contrôle effectuée par ses services de vérifier si les fonds collectés sont conformes à l’objectif du Go-Pass.  Rappelons que cette redevance  sert exclusivement à la modernisation aéroportuaire, au renouvellement et à la maintenance des matériels aéronautiques et autres équipements nécessaires à la navigation aérienne.

            L’IGF affirme n’avoir pas retracé 6 millions de dollars dans la gestion de l’argent généré par cette redevance dans le pays.  124 millions de dollars ont été  collectés dans la période allant de 2015 à fin 2019, dont seulement 118 millions de dollars comptabilisés. 90% des recettes ont été affectés aux infrastructures aéroportuaires et 10% affectés à des dépenses non concernés.  Elle  fait noter, par ailleurs, un détournement de 2 millions de dollars par paiement des intérêts injustifiés.

            Sur les 87 millions de dollars des marchés passés sur les recettes Go pass,  L’aéroport de kalemie a absorbé à lui seul la moitié soit 43 millions de dollars. Par contre, 20 millions des recettes ont été affectées à l’aéroport de N’djili à Kinshasa, 8 millions  à l’aéroport de Bangboka à Kinsangani, 3 millions à l’aéroport de Kindu, 2 millions à l’aéroport de Goma et 1 million à l’aéroport de Lubumbashi.

            Une personne est identifiée comme responsable de cette gestion, mais son nom n’a pas été révélé par l’IGF.

Grand Equateur : opacité dans la gestion de la rétrocession

Dans la mission de contrôle opérée par l’Inspection Générale des Finances sur la gestion de la province de l’Equateur, il se révèle que les sommes décaissées par le gouvernement central de l’ordre de 2,5 milliards de Francs congolais, sont non comptabilisés.  Elle fait constater, en outre, le bradage de quelques éléments du patrimoine de la province.

Un opérateur économique dans le collimateur de la justice

S’agissant du dossier en rapport avec un opérateur téléphonique  accusé des fraudes fiscales, l’IGF, après s’être penchée sur ce dossier, a fait constater que le manque à gagner pour le trésor public est évalué à 20 millions de dollars pour une seule année. Pourtant, le devoir civique relatif au paiement des fiscalités concerne  tous les opérateurs économiques, sans exception. A la justice de faire son travail

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •