Gestion du Marché de la Liberté : Fatouma Mangaza interpellée par les élus de Kinshasa

0
143

La chargée de Mission du Marché de la Liberté, Fatouma Mangaza, était l’invitée hier mercredi 05 mai de l’assemblée provinciale de Kinshasa, afin de répondre à la question orale avec débat lui adressée par  le député Armand Ifukieto Kiakanda. 

La   plénière était présidée par le Président Godé Mpoy Kadima. Pendant 18 ans, elle a eu à gérer ce marché par une simple lettre du directeur de cabinet de l’ancien Président de la République, foulant aux pieds l’Arrêté du gouverneur n°SC/025/BGV/JBM/2003 du 31 mars 2003 portant organisation et fonctionnement des marchés urbains.

            L’élu de la commune de Masina a posé 13 questions pertinentes à Fatouma Mangasa concernant sa gestion décriée par les populations de cette partie de la capitale, parmi lesquelles, l’intervention sociale de ce marché à la vie de la communauté de Tshangu en générale et de la commune de Masina en particulier. Comment expliquez-vous la création des marchés privés au sein de ce marché urbain, alors que son aire fait partie du domaine public de l’Etat ? Pourquoi les taxes payées pour les espaces occupés par les sociétés Bralima et Bracongo ainsi que celles de parking ne sont-elles pas déclarées à la ville de Kinshasa?

            Quelles sont les principales charges déduites sur les recettes du marché de la Liberté et quels sont les investissements réalisés depuis que vous êtes à la tête de cette structure publique ?

            Dans ses moyens de défense, la Chargée de Mission du marché de la Liberté a fait savoir que ce marché a été construit entre autre pour résorber le chômage, et que les objectifs assignés ont été atteints.

            Par rapport à l’investissement, elle a indiqué qu’elle a fait construire sous sa gestion le bâtiment « UHURU » contenant 7 boutiques, et aucun espace n’est ni spolié, ni vendu. .. En sus, ses réponses n’ont pas rencontré les attentes des élus de Kinshasa qui veulent tirer au clair ce dossier.

            L’auteur de la question orale était revenu pour balayer du revers de la main  les différentes réponses données par Fatouma Mangaza.

            Au cours de la séance plénière, une dizaine des députés se sont succédés pour d’abord désapprouver les réponses données en cette première manche par la Chargée de Mission.

            Des révélations graves ont été faites par ces élus après des enquêtes fouinées sur l’opacité de sa gestion pendant 18 ans, notamment les recettes réalisées au Marché de la Liberté en 2019, de l’ordre d’un milliards 789 millions 651 mille 785 francs qui s’évaluent à 8. 500.000 dollars américains pendant qu’elle affirmait que ce marché ne réalisait pas de recettes capables de faire face à ses différentes charges.

            Le député Samy a fait remarquer qu’elle n’a pas relevé les états financiers du Marché durant 18 ans. Il lui a posé la question de savoir le montant qu’elle loue à la famille Laurent Déisiré Kablla sur les différentes taxes prélevées.

            Selon, plusieurs syndicalistes du Marché de la Liberté, elle a créé plusieurs taxes, notamment, d’étalage (300 FC), de sécurité (200 fcX2), de salubrité 200 Fc, de renouvellement des tables, etc.

            N’étant pas en mesure de répondre immédiatement aux préoccupations des élus de Kinshasa, elle a sollicité de revenir dans les 48 heures et cela lui a été accordé pour le lundi 10 mai 2021. 

Ngalamulume

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •