Le G7 exige une enquête neutre et impartiale

0
127

Leaders G7L’enquête judiciaire annoncée contre l’ex- gouverneur de l’ancienne province du Katanga, Moïse Katumbi, continue à défrayer la chronique. Le G7, plate-forme dissidente de la Majorité Présidentielle et favorable à la candidature du président de Tout Puissant Mazembe à la présidentielle de 2016, vient de sortir du bois.

Dans une déclaration rendue publique hier jeudi 5 mai 2016 à son siège par un de ses sociétaires, à savoir Pierre Lumbi, le G7 exige une enquête neutre et impartiale, associant l’expertise internationale, « pour établir la vérité sur le prétendu recrutement des mercenaires par son candidat Moïse Katumbi ».

Il a souligné « qu’a ce stade, rien ne peut justifier une garde à vue, une résidence surveillée, ni un quelconque mandat d’arrêt et, encore moins la détention préventive de Moïse Katumbi, un leader d’envergure national incontestable et ayant une résidence à Lubumbashi ».

Pour l’ancien Conseiller Spécial du Chef de l’Etat en matière de sécurité, « à travers la fausse affaire de recrutement des mercenaires, le pouvoir en place, en désarroi cherche, à justifier l’arrestation et la détention arbitraires de Moïse Katumbi et tente vainement de dissuader, par l’usage de la force, les Congolais de revendiquer le respect de la Constitution et l’alternance politique ».

Selon le G7, les tenants de la majorité au pouvoir « veulent également défier la communauté internationale et l’emmener à accepter le fait accompli d’un processus biaisé, qui accorderait un troisième mandat  au président Kabila, en violation de la Constitution de la République et contre la volonté du peuple congolais ». Pierre Lumbi a
appelé « les Congolais à la vigilance et réaffirmé la détermination de son groupement politique à lutter avec toutes les forces du changement, de l’opposition comme de la société civile, pour le respect de la Constitution et l’alternance démocratique en RDC » .

Tout en demandant « au pouvoir de cesser illico presto les intimidations et menaces, le G7 qui reste attentif à la situation sécuritaire de son candidat à la présidence de la République, s’engage à prendre toutes les dispositions requises pour y faire face dans les tout prochains jours ».

Concernant le débat sur la légalité du G7, les sociétaires de cette plateforme on brandi leur acte d’enregistrement au ministère de l’Intérieur daté du 02 décembre 2015n, sous le numéro 26482.

Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •