Fructueuse séance de travail hier entre Kristalina Georgieva et Félix Tshisekedi : le FMI très satisfait des performances de la RDC

0
79

Arrivée mardi par l’aéroport international de N’djili pour une visite de travail de trois jours en République Démocratique du Congo, la Directrice Générale du FMI,  Kristalina Ivan Ivanova Georgieva, a été reçue en audience hier dans l’après-midi par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, qui est en même temps Président en exercice de l’Union Africaine. Tout logiquement, le ministre des Finances Nicolas Kazadi et la Gouverneure de la Banque Centrale du Congo, Mulangu Kabedi Mbuyi ont aussi pris part à cette audience.

Un point de presse a été animé, au sortir de cette séance de travail avec le Chef de l’Etat, conjointement par la Directrice Générale du FMI et l’argentier national.

         Kristalina Georgieva a exprimé en préliminaire toute sa reconnaissance envers le Chef de l’Etat pour l’invitation lui adressée, indiquant que sa visite est la toute première en Afrique après la crise ayant frappé le monde entier suite à la pandémie de coronavirus.  Et c’est par Kinshasa, la capitale de la RDC, qu’elle a entamée sa visite africaine. Ce qui prouve l’importance stratégique que revêt la République Démocratique du Congo.

         Plusieurs préoccupations liées à l’émergence de l’économie africaine et aux perspectives pour la RDC ont été passées en revue au cours de cette séance de travail avec le président en exercice de l’Union africaine, a fait savoir la numéro un du FMI.

         Rappelant les méfaits du Covid-19, avec en filigrane le ralentissement économique au plan mondial, Kristalina Georgieva a salué les progrès réalisés par la RDC en cette période difficile qui n’a épargné aucune économie. Les pays riches ont été curieusement les plus frappés par rapport à ceux en développement, a-t-elle souligné, avant de jeter des fleurs au pays de Félix Tshisekedi, qui a réalisé des performances louables, soit 4,5% de croissance en cette année 2021 qui touche à sa fin, et 6,4% projetée pour 2022.

         La République Démocratique du Congo a fait énormément d’efforts,  notamment en matière des dépenses publiques, a-t-elle déclaré. Elle a salué l’achèvement avec succès de la première revue entre son institution et la RDC. Ce qui donne encore plus de crédibilité au pays de continuer à bénéficier des appuis financiers du Fonds Monétaire International.

         Hormis le premier financement de 1,5 milliard USD obtenu dans le cadre du programme avec le FMI, la RDC grâce à son bon comportement est également éligible aux fonds accordés dans le cadre de DTS. Le pays s’est vu octroyé plus de 4 milliards USD sur l’enveloppe de 600 milliards à disponibiliser. Il y a aussi quelque 100 milliards que les pays riches ont promis de disponibiliser en vue de soutenir l’économie de certains pays éligibles après le ralentissement imposé par le Covid-19.

         Par ailleurs, elle recommande l’amélioration des infrastructures pour que le pays puisse continuer de bénéficier de l’assistance du FMI.

         Elle a salué le leadership de Félix Tshisekedi au plan africain, où il mène des plaidoyers pour faire bénéficier le continent du financement approprié afin de booster son décollage.

         Parlant de l’environnement, la DG du FMI a reconnu que l’Afrique est à la fois une solution et un problème au réchauffement climatique. Et la République Démocratique du Congo occupe la première position en cette matière.

         Pour cela, elle plaide pour que le pays obtienne en retour les compensations qui lui reviennent de droit en contrepartie de ce qu’il apporte comme remède au réchauffement climatique.

         A son tour, le ministre des Finances a exprimé sa joie de voir son pays être bien coté par l’institution financière internationale. Il a rassuré que la RDC cheminera sur cette voie afin de bénéficier davantage des facilités financières dont elle a besoin en vue de réaliser ses ambitions. Il a indiqué que la RDC évolue sur plusieurs volets avec le FMI, à savoir le programme de réajustement avec l’institution et les allocations dans le cadre de DTS.

En outre, a-t-il poursuivi, le pays attend des compensations sur le plan environnemental en contrepartie de sa contribution pour la lutte contre le réchauffement climatique.               Dom

Le FMI en quelques chiffres

– Nombre de pays membres : 190 pays

– Siège : Washington

– Conseil d’administration : 24 administrateurs, chacun représentant un seul pays ou un groupe de pays    

– Effectifs : Environ 2.700, originaires de 150 pays

-Total des quotes-parts* : 477 milliards de DTS (687 milliards de dollars) 

– Enveloppe de ressources empruntées  : 492 milliards de DTS (708 milliards de dollars)

– Montants engagés dans le cadre des accords de prêt en vigueur :  200 milliards de DTS (288 milliards de dollars), dont 94 milliards de DTS (136 milliards de dollars) non tirés.

– Principaux emprunteurs :  Argentine, Égypte, Ukraine, Pakistan

– Prêts de précaution les plus élevés* : Mexique, Pologne, Colombie, Maroc

– Dépenses consacrées au développement des capacités* : 303 millions de dollars pour l’exercice 2020, soit près d’un tiers du budget total du FMI

Principaux objectifs :

– promouvoir la coopération monétaire internationale ;

– faciliter l’expansion et la croissance équilibrées du commerce mondial ;

– promouvoir la stabilité des changes ;

– aider à établir un système multilatéral de paiements ;

– mettre ses ressources (moyennant des garanties adéquates) à la disposition des pays confrontés à des difficultés de balance des paiements.

Extrait du website FMI

CellCom / Présidence 8 Décembre 2021

Bref portrait

de Kristalina

Ivanova Georgieva

         Le séjour de la Directrice générale du fmi donne l’opportunité de la connaître davantage. Qui est donc Mme Kristalina Ivanova Georgieva?

         Elle est née à Sofia le 13 Août 1953. Économiste, fonctionnaire et femme politique bulgare, elle est DG du Fonds monétaire international depuis le 1e Août 2019.

         Avant d’arriver au sommet du Fonds monétaire international, elle a dû occuper plusieurs postes à la Banque Mondiale.

         Elle détient un Doctorat en Sciences Économiques et Master en économie politique et Sociologie de l’Université d’économie mondiale et nationale.

*CellCom / Présidence 8 Décembre 2021

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •