Franck Diongo : l’AR récuse toujours Kodjo

0
504

Edem-KodjoLa CENCO consulte de nouveau les acteurs politiques et sociaux au Centre Interdiocésain depuis la semaine passée, dans le but de recueillir leurs préoccupations  et propositions en vue de les transmettre au facilitateur Edem Kodjo. La nouvelle équipe dirigeante (Mgr Utembi, son adjoint Mgr Ambongo) de la CENCO  ratisse large et la raison saute aux yeux : le dialogue est dans l’impasse.  Une brochette d’opérateurs politiques provenant de plusieurs regroupements politiques, à savoir Franck Diongo, Moni Della et consorts pour le compte de l’Alternance pour la République (AR) Kamerhe, Ewanga, Mayo, Kudura…… (UNC) et Alliés,  Jean-Lucien Bussa, Gabriel Mokia….. (Front des Démocrates), Eve Bazaiba  (MLC), Adolphe Muzito ont été aperçus au Centre Interdiocésain le vendredi 12 août 2016.  Les acteurs sociaux avaient aligné de leur côté Ntantu Meyi. Modeste Mboningaba, Didier Ekabela…..  L’abbé Mpundu qui est arrivé après les départs de Ntantu Meyi et consorts  n’aurait pas apparemment été « consulté ». Dans l’ensemble, les hôtes de Mgr Utembi et de  Mgr Ambongo  ont redit les propos qu’ils tiennent souvent ces derniers temps, apportant par ci
par la quelques retouches. Réputée pour son franc parler, Bazaiba s’est démarquée de ses collègues.

Eve Bazaiba (MLC) :
«Kabila doit se prononcer clairement»
Ayant été reçue dans la matinée par les Evêques, la Secrétaire
générale du MLC, Eve Bazaiba,  a résumé à l’intention des médias le
contenu de son message à ses hôtes. Elle a rappelé aux médias que son
parti n’est pas partie prenante au dialogue mais veut simplement
l’organisation des élections  dans les délais constitutionnels. Cela
est faisable et dépend surtout  de la volonté politiques des
gouvernants, a-t-elle martelé.  Pour la Secrétaire générale du MLC,
c’est le Chef de l’Etat qui bloque le processus électoral». En somme,
pour Eve Bazaiba, le Chef de l’Etat devrait se prononcer clairement en
expliquant qu’il respecte la Constitution   et les choses vont se
simplifier d’elles-mêmes. «Dans ce cas là, le dialogue deviendrait
inopportun. Les élections peuvent se tenir dans le délai», a-t-elle
indiqué.

Franck Diongo : Nous
récusons toujours Kodjo
Coiffé de son monyere (bonnet) et accompagné de Moise Moni Della et
des délégués des partis membres de l’AR, Franck Diongo et ses amis
sont arrivés au Centre Interdiocésain peu après 15 heures.  Après une
heure d’échanges, il a expliqué aux chevaliers de la plume que l’AR
était venue répondre à l’invitation des pères spirituels, lesquels
s’intéressent de près à la situation politique du pays. Tout en les
félicitant pour avoir pris cette initiative, il a ajouté que leurs
hôtes les ont attentivement écoutés. Rappelant aux médias
l’appartenance de leur regroupement  au Rassemblement  de l’Opposition
piloté par Etienne Tshisekedi, il a souligné une fois de plus que lui
et ses amis récusent toujours Kodjo  mais roulent pour le dialogue.
Comme propositions soumises aux évêques, il est revenu sur les
réponses pertinentes à apporter aux préalables énoncés par
l’Opposition et qui se rapportent à la libération des prisonniers
politiques, à la substitution des membres du groupe de soutien comme
membres de la facilitation….. Il a exprimé l’inquiétude de l’AR face
au triomphalisme du facilitateur Kodjo, précisant que face à cette
attitude, l’Eglise catholique donne l’impression de ne pas être
neutre.

Bussa : Remplacer Kodjo ? Le temps presse

Non listé dans le programme présenté aux médias, le Front Démocratique
s’est tout de même signalé au Centre Interdiocésain lau milieu de
l’après-midi. Appelé à résumer l’essentiel des propos échangés avec
les évêques, Jean-Lucien Bussa, talonné de près par Gabriel Mokia et
consorts, a relevé d’emblée que la situation politique  est plombée.
Et que les Evêques veulent simplement accompagner les acteurs
politiques  pour que ces derniers trouvent des solutions aux défis
actuels.
Le Front a fait savoir aux Evêques qu’à 37 jours de la convocation du
scrutin présidentiel, le Chef de l’Etat semble ignorer l’urgence de la
situation. En outre, tout le monde sait que la CENi parle de près de
16 mois en ce qui concerne l’enrôlement des électeurs. Pour le Front
des Démocrates, les acteurs politiques et sociaux doivent se retrouver
autour d’une même table pour voir comment mettre en application la
résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies. «Si la
volonté politique est là, on peut minimiser les contraintes
politiques», a-t-il estimé. Ce député  proche de l’opposition est
revenu ensuite sur les préalables énoncés par ses pairs, à savoir, la
libération des prisonniers politiques, des médias fermés, la
protection des journalistes…..

Kamerhe : plusieurs
schémas sont possibles

Vital Kamerhe qui a parlé pour le compte de l’UNC et Alliés, peu
après avoir été reçu par les Evêques et indiqué qu’on devrait définir
la nature du dialogue, le faire « arrimer » à la résolution 2277 du
Conseil de Sécurité des Nations Unies….
A quelques jours du 30 septembre 2016, date où la CENI devrait
convoquer l’élection présidentielle, a fait savoir plusieurs schémas
se présentent aux Congolais :
– refonte du système électoral congolais
– organisation des élections avec un fichier électoral fiabilisé de 2015
– fiabilisation partielle du système électoral
Il a fait remarquer  que plus le temps passe, ce retard profite à la
MP. Le  président honoraire de l’Assemblée Nationale est revenu sur le
problème de la libération des prisonniers politiques et d’opinions, la
réouverture des médias fermés……

Ntantu Mey : «Kodjo en
fait à sa tête»
Ntantu Mey était sans conteste le chef de la délégation des acteurs
sociaux lors des consultations de vendredi passé.
Tout en acceptant de faire confiance à Kodjo, il ne l’a pas ménagé,
l’accusant de manquer de considération pour les acteurs sociaux, il a
précisé que l’ancien Premier ministre togolais refuse de les recevoir,
fait montre d’un certain autoritarisme dans sa manière de conduire la
facilitation.
Jean-Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •