Filimbi : la lutte pour l’Etat de droit continue

0
112

Nous avons pris note de la confirmation par la Cour Constitutionnelle
de l’élection de Monsieur *Félix TSHISEKEDI* à la présidence de la
République Démocratique du Congo (RDC), suivi de sa prestation de
serment, ainsi que de la publication par la Commission Electorale
Nationale Indépendante (CENI) des résultats provisoires aux élections
législatives nationales et provinciales du 30 décembre 2018.

Soucieux de l’avenir et de la stabilité de notre pays ainsi que la
souffrance de nos compatriotes, nous faisons la déclaration suivante :
1. Depuis le lancement, sous une répression sauvage de notre mouvement
le 15 mars 2015, nous nous sommes pleinement engagés dans la lutte non
violente et non partisane pour le respect de notre Constitution, et
plus particulièrement du principe de l’alternance démocratique. Nous y
avons pris part conformément à notre Vision d’une RDC où chaque
citoyen en général, jeune en particulier, est acteur de son avenir en
ayant notamment la possibilité de penser et d’agir librement car le
Congo nous appartient à tous. Cet engagement est également en
conformité avec notre principal objectif qui est d’accroître la
participation citoyenne, en particulier des jeunes, et d’encourager le
dialogue entre les citoyens et les acteurs tant sociaux que politiques
pour améliorer la qualité de vie de la population ;
2.  Notre engagement, qui consistait principalement à la
conscientisation, la sensibilisation et la mobilisation non violente
de nos compatriotes, avait pour objectifs, d’une part, de contraindre
Monsieur Joseph Kabila à respecter la Constitution en ne se
représentant pas pour un nouveau mandat anticonstitutionnel, et
d’autre part, de nous assurer que les scrutins devant permettre
d’élire les futurs dirigeants soient suffisamment démocratiques et
respectueux du choix des citoyens. Cela devant permettre de renforcer
nos institutions à travers une légitimité suffisante des animateurs de
celles-ci ;
3. Aux côtés de nos compatriotes, nous nous sommes engagés dans ce
combat pacifique au prix d’énormes sacrifices et sous une répression
féroce du régime autoritaire et prédateur de Monsieur Joseph Kabila.
Certains compatriotes ont été contraints à l’exil, injustement et
illégalement privés de liberté et même torturés. Tandis que d’autres,
nos martyrs de la démocratie, ont tout simplement été lâchement
abattus par les hommes de mains du régime Kabila parmi lesquels
Floribert CHEBEYA, Luc NKULULA, Éric BOLOKO, Thérèse KPANGALA, Rossy
TSHIMANGA et tant d’autres. A travers cette communication, nous leur
rendons un vibrant hommage et nous nous engageons à ce que *les
responsables de leurs crimes odieux soient sanctionnés à la hauteur de
leurs actes* ;
4. Tel que repris dans l’exposé des motifs de notre Constitution : *«
depuis son indépendance le 30 juin 1960, la RDC est confrontée à des
crises politiques récurrentes dont l’une des causes fondamentales est
la contestation de la légitimité des institutions et de leurs
animateurs ».* Les élections du 30 décembre 2018 avaient donc pour
principal objectif de redonner une légitimité à nos institutions et à
leurs animateurs. Fort malheureusement, la confirmation par la Cour
Constitutionnelle du vainqueur à l’élection présidentielle,
précédemment déclaré par la CENI, a immédiatement été contestée par le
candidat *Martin FAYULU*, déclaré deuxième, et rejetée par la
Conférence Episcopale du Congo (CENCO) dont les résultats compilés par
sa Mission d’Observation concluent que le vainqueur serait ce dernier.
Malheureusement, la CENI, au service du régime tout au long du
processus électoral, ayant volontairement refusé de publier les
procès-verbaux de l’ensemble des bureaux de vote, conformément à la
loi électorale, le doute s’est installé au sein de l’opinion remettant
en cause la fiabilité des résultats des différents scrutins. Plus
grave encore, les résultats des élections législatives nationales et
provinciales ont été publié alors que la compilation des
procès-verbaux n’avait pas encore débuté dans la plupart des Centres
de Liaison et de Compilation des Résultats (CLCR) disséminés à travers
le pays. C’est cette entorse qui expliquerait l’énorme contradiction
entre, d’une part, une victoire écrasante des deux principaux
candidats de l’opposition face au candidat du régime, et d’autre part,
le contrôle de plus de deux tiers des assemblées législatives par la
coalition de Monsieur Kabila. En définitive, hélas comme nous le
craignions et avions tenté d’alerter, ce processus électoral, dans
l’ensemble chaotique, est en train de replonger notre pays dans une
nouvelle crise de légitimité, tout en renforçant les divisions au sein
de notre population. C’est ici que nous lançons, une fois de plus, un
appel à nos compatriotes de tout bord de ne pas tomber dans cette
stratégie de la division mise en place par les forces obscurantistes,
mais également à rejeter, avec la dernière énergie, tout acte violent,
guidé par le fanatisme et/ou à caractère géo-ethnique, il en va de la
survie du pays et de son existence en tant Nation ;
5. Nous remercions la CENCO, l’ECC, ainsi que toutes les autres
confessions religieuses qui se sont impliquées, pour leur engagement
citoyen aux côtés de la population. Nous remercions également tous les
amis du Congo pour leur mobilisation et leur demandons de demeurer au
côté de la population.
6. En conclusion, nous réitérons nos sincères félicitations à notre
peuple qui a démontré à la face du monde que rien ni personne ne peut
tenir tête à un peuple déterminé et décidé à se réapproprier son
destin. Ensemble, nous avons empêché Monsieur Joseph Kabila de se
représenter. Ensemble, nous avons empêché la CENI de nous imposer le
candidat de Monsieur Kabila. Bravo chers compatriotes pour ces deux
victoires inédites. « Le peuple gagne toujours » dixit l’un de nos
héros, Rossy TSHIMANGA!  Néanmoins, reconnaissons également tous
ensemble que notre engagement pour la transparence du processus
électoral, à travers les futurs scrutins, devant permettre de sortir
d’une crise de légitimité récurrente, tout en nous débarrassant de
ceux qui sont à la base des pillages systématiques de nos ressources
et des différents crimes imprescriptibles, doit encore être menée. Il
en est de même de l’amélioration des conditions de vie de la
population. Ainsi, nous appelons nos compatriotes à rester en alerte
et mobilisés car le système prédateur et criminel mis en place et
légué par Monsieur Joseph Kabila et ses complices internes et externes
doit encore être démantelé.* Nous nous engageons à y prendre part sans
relâche à vos côtés à travers notamment un contrôle citoyen permanent.
La lutte continue…
Que Dieu bénisse la République Démocratique du Congo, notre copropriété.

Carbone Beni
*Chargé du Réseau &
Déploiement
Floribert ANZULUNI
*Coordonnateur*

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •