Fidèle Sarassoro lance un appel aux belligérants

0
60

 

Fidèle Sarassoro, représentant spécial adjoint du secrétaire général de l’ONU en Rd Congo, coordonnateur de l’action humanitaire, a lancé un appel aux belligérants, afin qu’ils garantissent un accès illimité aux personnes vulnérables, rapporte le communiqué de presse d’OCHA distribué le mercredi 16 mai 2012 à l’issue de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies en Rd Congo.  
 
Le communiqué renseigne qu’il a fait cet appel à l’issue de sa visite de cinq jours qui s’est terminée le 11 mai 2012 à l’est de la Rd Congo qui fait face à une aggravation de la crise humanitaire. La reprise des hostilités à l’est, particulièrement dans les deux provinces du Nord et Sud-Kivu, a poussé de nombreux Congolais à se déplacer et a mis à mal la capacité de la communauté humanitaire à pourvoir l’assistance pour sauver des vies.
Fidèle Sarassoro a constaté la gravité de la crise et des difficultés qu’éprouvent les acteurs humanitaires pour atteindre les personnes vulnérables. 
Cet appel risque d’être un cri lancé dans le désert tant les belligérants sont pratiquement dans toutes les provinces de l’Est. En Province Orientale, le porte-parole militaire de la Monusco, le lieutenant- colonel Félix Prosper Basse, a signalé lors de la conférence de presse hebdomadaire des Nations Unies que, le 6 mai 2012, un groupe d’environ 12 éléments supposés appartenir à la LRA (Armée de résistance du Seigneur) a attaqué le camp FARDC de Kpaika, situé à 23 kilomètres au sud-ouest de Duru, mais a été repoussé par deux unités FARDC en patrouille.
Suite aux attaques récurrentes d’éléments armés dans la région de Ngilima, la brigade d’Ituri de la Force de la Monusco et les FARDC ont intensifié leurs patrouilles conjointes de domination de terrain autour de Kpaika, Ngilima, Nambioa et Duru, dans le but de dissuader les activités des groupes armés et d’assurer une protection optimale des populations civiles. 
En ce qui concerne la province du Nord- Kivu, le porte-parole militaire de la Monusco a laissé entendre que la situation sécuritaire est restée très préoccupante et instable la semaine dernière, suite aux opérations menées par les FARDC dans les territoires de Masisi, Rutshuru et Walikale contre les soldats déserteurs ; mais aussi à cause de nouvelles alliances nouées entre groupes armés dans cette province. 
Pour la province du Sud-Kivu, le porte- parole militaire a renseigné que la situation sécuritaire est demeurée tendue, mais sous contrôle. Les Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR) se sont particulièrement illustrées par des actes de barbarie contre les populations, pendant que différents rapports font état d’un regain d’activités des Mayi-Mayi Yakutumba dans le territoire de Fizi. Des affrontements opposant les FARDC et les Mayi-Mayi Rahiya Mutomboki, ainsi que des activités criminelles contre les populations civiles ont été répertoriés dans  la région de Lolo.
En ce qui concerne le Katanga, le porte-parole militaire a déclaré que la situation sécuritaire a connu un calme relatif la semaine dernière, mais la situation sécuritaire y reste toujours volatile.
 
Jean- René Bompolonga 
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*