Fermeture des ports privés : le gouvernement appelé à l’exécution sans délai de la décision

0
159

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi, a constaté avec regret, au cours de la 52eme réunion hebdomadaire du Conseil des ministres qu’il présidait par vidéoconférence, que six semaines après une décision prise au cours de la 46eme réunion continue de souffrir du manque d’application. Il s’agit de la décision relative à la fermeture des ports privés. Des informations reçues, a fait savoir le Chef de l’État, indiquent que lesdits ports continuent les «prolongations».

            Pour cela, il a instruit le gouvernement, par le biais du ministre des Transports et Voies de communication ainsi que le vice-ministre en charge de la Justice, de veiller à l’exécution sans délai de la décision gouvernementale. Ils sont censés, pour ce faire, répercuter les instructions aux gouverneurs des provinces concernées en vue de l’exécution sans faille de la mesure prise. Leur rapport est attendu à la prochaine réunion.

            Il importe de rappeler à ce sujet que la décision gouvernementale portant fermeture des ports privés faisait suite à la violation, par des opérateurs économiques privés, de la loi reconnaissant à la Société Commerciale des Transports et des Ports, SCTP, ex-ONATRA, le monopole dans le secteur. Pire des privés ont versé dans la concurrence déloyale en privant l’entreprise de l’État de rentrer dans ses droits. Car, les recettes que la Sctp devait générer étaient complètement détournées au bénéfice des privés.

Minembwe : une

commission spéciale

mise en place

            Comme il l’avait annoncé au cours du face-à-face avec la presse de Goma, le Chef de l’État a réitéré sa décision – portant annulation de l’installation des autorités de la commune rurale de Minembwe – en vue de l’entérinement du Conseil des ministres.

            Il a expliqué les raisons qui l’ont amené à prendre cette décision. En sa qualité de garant de la nation et de l’unité nationale, il ne pouvait rester insensible au danger qui guettait la maison Congo. Il s’agit des risques de soulèvement à même d’aboutir à des violences et autres situations imprévisibles. Voilà qui a motivé la décision sage que l’ensemble de la communauté nationale a saluée à juste titre.

            Toutefois, le Président a décidé la création d’une commission qui sera composée d’experts scientifiques non originaires du coin ou de la région pour examiner la question et étudier les pistes de solution à y apporter.

            On rappelle en passant que Minembwe n’était pas l’unique commune rurale créée aux termes du fameux décret au centre de controverse à ce jour.

Dom

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •