Félix Tshisekedi a inauguré les nouveaux bâtiments de l’institut Mokengeli

0
227

Le président de la République, Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo a procédé, hier lundi 2 septembre 2019, à l’inauguration  de nouveaux bâtiments de l’Institut Mokengeli, dans la commune de Lemba. Plusieurs personnalités ont pris part à cette cérémonie, notamment le ministre de l’EPSP, le Directeur Général du Fonds de Promotion de l’Industrie, de l’ingénieur qui a supervisé les travaux.  Cette inauguration a coincidé avec la rentrée scolaire 2019-2020, sous le signe  de la concrétisation de la gratuité de l’enseignement primaire décrété par le Chef de l’Etat comme promis lors de sa campagne électorale mais aussi la concrétisation du programme d’urgence en ce qui concerne la réhabilitation de cette école. Il n’a fallu que quatre mois pour que cette école affiche l’image qu’elle présente aujourd’hui.

            La charpente de certains bâtiments, qui était très délabrée, est complètement renouvelée. A cela s’ajoutent les bureaux pour le corps professoral, les salles de classe. Une innovation de marque est qu’en dehors des salles de classe et autres sections déjà existantes, il y a une bibliothèque, une salle d’informatique, un atelier de coutures, un espace de jeu avec un terrain de basket ball, un puit de forage, deux blocs sanitaires, l’un pour les filles et l’autre pour les garçons, afin de permettre un enseignement de qualité. 

            A la grande satisfaction des parents, élèves et personnel enseignant, l’institut Mokengeli est maintenant en mesure de se présenter correctement au public. Contactés sur place, certains parents n’ont caché leur gratitude à l’endroit du Président de la République. Bien avant cette réhabilitation, ils ont rappelé que c’est dans des conditions peu commodes qu’étudieraient leurs enfants. Pour ce qui est de la gratuité de l’enseignement, cette mesure est aussi saluée par les parents qui ont demandé que les responsables d’écoles les respectent les directives du gouvernement. Une équipe assurant la maintenance de l’école est mise sur pied afin d’empêcher que des personnes mal intentionnées puissent détruire cette œuvre grandiose. Pour les bénéficiaires, c’est une bonne chose que le Président de la République ait placé au cœur de ces préoccupations l’éducation, en gardant un oeil holistique sur l’effectivité de gratuité de l’enseignement de base.

            En effet, l’Institut Mokengeli est une école de l’Eglise du Christ au Congo (ECC) et plus précisément de la Communauté Presbytérienne de Kinshasa (CPK) créée depuis 1955, après la scission avec l’école protestante Pestalozie, actuellement Institut Lisanga.

            Elle est la première école protestante de la commune de Lemba et elle comprend en son sein deux écoles primaires, les options pédagogique, littéraire et commerciale.

            Dans leurs interventions de circonstance, le ministre intérimaire de l’EPSP, le Directeur de l’école et le représentant de l’ECC ont tous salué la vision du Chef de l’Etat relative à la gratuité de l’enseignement de base. Quant à Félix Tshisekedi, il a confié à la presse que la gratuité du système éducatif sera définitive et intégrale dans un proche avenir.

Bain de foule au Camp Tshatshi

            Après son passage par l’Institut Mokengeli, à Lemba, le Chef de l’Etat s’est déporté vers l’autre bout de la ville, au Camp Tshatshi, où sa visite d’inspection des chantiers financés par le gouvernement s’est transformée en un mini-carnaval.

            En effet, épouses et enfants des militaires l’ont accueilli avec chants et danses, au vu de la métamorphose qu’est en train de subir ce camp militaire, tel qu’il l’avait promis en mars dernier, lors de sa première visite.

            Pour ce qui est de la journée d’hier, Félix Antoine Tshisekedi a constaté, de visu, la réhabilitation complète de deux écoles, la dotation en nouveaux bancs, l’état fort avancé des travaux de réhabilitation de l’hôpital, l’effectivité du rétablissement de la desserte en eau potable, la construction de 300 maisons  en matériaux préfabriqués, etc.Yves Kadima

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •