FCC/CACH : les défis d’une coalition

0
297

Il ne manquait plus que l’élection des membres du Bureau du Sénat, avant que la boucle ne soit bouclée avec la sortie imminente du nouveau gouvernement.

 A la tête de la plupart de provinces, le FCC a posé ses jalons. A l’Assemblée nationale, ce sont les couleurs du FCC qui flottent au bureau de cette institution. dans toutes les «  eaux territoriales ». Le Sénat bat également.

            Le commun des mortels qui suit avec une certaine crainte, et même avec une certaine méfiance, la recomposition de l’espace politique congolais selon la volonté de cette famille politique, ne cesse de se poser des questions e. Allons-nous vivre désormais comme nous le souhaitons ou comme le décidera le FCC ? Est-ce qu’avec son omniprésence dans tous les rouages de la machine politique congolaise, le FCC s’est-il réellement embarqué dans la vision du capitaine du navire « Le peuple d’abord » ? N’allons-nous pas revivre les tristes épisodes de l’ancienne gestion du pays qui avait accouché de la dilapidation des deniers publics, et de l’opacité dans la gestion des aides extérieures.

            Les analystes politiques les plus pessimistes pensent peut-être à tort que n’ayant pas sous ses ordres des troupes acquises à sa cause. Félix Antoine Tshisekedi aura sous sa main, des « opposants » internes qui vont certainement lui compliquer la tâche et qui pour se conformer à sa ligne politique du président de la république, devraient d’abord se référer à leur « autorité morale ». D’où les prémisses d’une cohabitation pour une traversée à gros risques dans plusieurs zones de fortes turbulences politiques.

            On se rappellera à ce sujet, des menaces lancées dernièrement par des jeunes surexcités, prêts à en découdre avec la coalition FCC – CACH avec tout ce que cela comporte comme risque de déflagration avec des dégâts humains et matériels importants. S’ils se sont adressés à un seul individu, ils ont visé tout le peuple congolais qui ne veut plus de querelles politiciennes, ni des déchirements, ni de confrontations comme celles ayant entraîné des conflits armés interminables dont la partie Est porte encore les stigmates en termes de groupes armés étrangers et de milices internes.

            Le Congolais lambda de l’intérieur ou de la diaspora rêvaient pourtant rêvé d’une alternance pacifique porteuse de tant d’espoirs, bénéfique pour toutes les populations congolaises, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest. Or, un tel rêve ne peut devenir réalité que si toutes les règles du jeu politique sont clairement redéfinies et respectées par les membres de la coalition FCC – CACH. Qu’une famille politique s’attribue la part du lion dans le partage des postes dans toutes les chaines de commandement acherait une volonté d’imposer son diktat dans la gestion du pays.

            Rien n’indique que dans le cadre du partenariat FCC – CACH, les membres de cette coalition jouent entre eux franc jeu, se tiennent la main dans la main, poursuivent les mêmes objectifs et regardent dans la même direction. Qu’on se le dise ! Le peuple qu’ils entendent servir dans l’harmonie, attend d’eux qu’ils se débarrassent de certains complexes de supériorité et des réflexes d’enfants gâtés devraient d’abord  quand on sait comment et pourquoi la majorité de notre peuple vivant dans un pays immensément riche, continue de croupir dans la misère.

            En acceptant de travailler sous le leadership de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, les gouverneurs, députés, sénateurs, ministres et vice-gouverneurs, membres du FCC, seraient-ils prêts à prendre l’engagement devant Dieu et les hommes, de se délester d’anciennes méthodes ayant conduit notre pays vers le gouffre ? Sont-ils disposés à se mettre résolument au service du peuple.

            Bientôt, ce sera l’heure de vérité avec le fonctionnement de toutes les institutions républicaines. Vérité pour ceux qui sont décidés à œuvrer pour bâtir un pays plus beau qu’avant, et non un pays déchiré. Vérité pour ceux qui par des réflexes de prédation continueront à faire sombrer la RDC. Vérité pour le peuple qui n’entend pas donner l’occasion aux prédateurs de ruiner notre pays.

J.R.T.   

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •