FCC-CACH : la Monusco prête à offrir ses bons offices

0
90

Le message de Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo du vendredi 23 octobre 2020 à la Cité de l’Union Africaine est  jusqu’ici le point de fixation de l’actualité politique de l’heure en RDC. Un des médias présents à la conférence de presse bi mensuelle de la Monusco d’ hier mercredi 28 octobre 2020 à la concession UtexAfrica est revenu sur ce message et l’effet boomerang qui s’en est suivi. Ce média a voulu savoir ce que compte faire la Monusco  pour faire baisser la tension qui règne dans le paysage politique et social.

            Adressée au porte parole de la Monusco, Matthias Gillmann, ce dernier a évité cette question en souriant et dirigé cette « patate chaude » à son supérieur hiérarchique, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU en RDC, David Gressly, chargé de la protection des civils  et  des opérations et qui a co présidé ladite sortie médiatique  à Goma au même moment.

            Ce diplomate onusien a  dit d’emblée que son titulaire, la cheffe de la Monusco va sûrement  offrir ses bons offices à toutes les couches politiques et sociales  de la RDC  concernées d’une manière ou d’une autre à cette affaire  pour qu’on arrive à faire baisser la tension.  Il y a de la tension, a-t-il répété, et on va continuer de faire le travail qui est le nôtre. Et d’ajouter plus loin que chaque fois qu’il y a des couacs, la cheffe de la Monusco ne reste  pas inactive.

            D’autres questions des médias ont porté sur le  retrait de la Monusco en RDC, la lecture du haut fonctionnaire onusien sur la nomination d’un bourgmestre dans la commune rurale de MInembwe ou encore  sa descente probable dans cette contrée….. Mais aussi la promesse de la Monusco d’ériger cinq camps militaires à Goma et bien d’autres préoccupations.

            Répondant à ces préoccupa   tions, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU en RDC a  dit que « Minembwe » relève du domaine régalien de l’Etat congolais et rappelé à l’occasion la position du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi sur cette affaire.

            Eludant le volet relatif à sa descente sur les hauts plateaux de Minembwe, il s’est appesanti sur les discussions engagées entre les Casques Bleus et l’Etat congolais sur le retrait de la mission onusienne en RDC, les points à examiner entre officiels congolais et onusiens, les coins du pays où la situation sécuritaire est volatile et là où les choses se sont nettement améliorées. Il a relevé au passage  que les Casques bleus sont dans un pays donné s’il y a des problèmes d’intégrité du territoire.

            Bien avant cela, ce diplomate onusien a retracé les grandes lignes  de sa récente  visite d’itinérance au Nord Kivu à l’intention des médias. Ladite itinérance l’a amené à Pinga, Masisi, Beni…..

            Dans la foulée, il a insisté sur le fait qu’il était nécessaire  de se rendre à Pinga pour en savoir un peu plus sur  la situation de la population, entre autres sécuritaire, de ce coin du pays,  et où il y a beaucoup des déplacés. Ou encore de la nécessité de mener le plaidoyer pour une assistance humanitaire des habitants dudit coin. Evoquant au passage  le problème des routes qui, a-t-il soutenu, sont en mauvais état sur l’axe Sake-Pinga, il a embrayé sur la nécessité d’un travail en commun entre officiels congolais, partenaires au développement et autres pour faire changer les choses.

            L’autre volet évoqué est celui de la récente évasion des prisonniers à Beni. Il a révélé qu’on travaille déjà sur ce sujet avec les autorités de ce coin, rappelant à l’occasion le cas des évadés ayant regagné la prison et des investigations à mener hors de Beni pour rattraper des fuyards.

            De son côté, le porte parole de la Monusco qui est intervenu en liminaire a fait état de la campagne initiée par les Nations Unies ce mois ci pour combattre la désinformation ou mieux les fake news dans les réseaux sociaux et dénommée « Marquons la pause »

             Autre chose à retenir de l’actualité onusienne est que le HCR, l’UNFPA et la FAO organisent  à leur tour une cérémonie de lancement d’un atelier de planification du projet « Solutions durables pour la cohabitation pacifique entre Twa et Bantous au Tanganyka ».

Jean-Pierre Nkutu

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •