Fausse alerte au Palais du Peuple :les députés CACH toujours derrière Jean-Marc Kabund

0
164
Jean Marc Kabund-a-Kabund, secrétaire General de l’UDPS lors d’un point de presse à Kinshasa ; le 18/10/2016. Radio Okapi/Ph. John Bompengo

Une rumeur a circulé avec persistance durant une bonne partie de la journée d’hier jeudi 14 novembre 2019 aux quatre coins de la ville de Kinshasa au sujet d’un présumé désaveu de Jean-Marc Kabund, 1er vice-président de l’Assemblée Nationale et président nationale intérimaire de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), par des députés membres du Groupe parlementaire CACH. A en croire ses auteurs, ses compagnons politiques seraient mécontents du message qu’il a donné aux militants de son parti, le mardi 12 novembre devant la permanence de Limete, à l’occasion de la « Journée de la base », laquelle a été instaurée en souvenir du retrait, par Félix Antoine Tshisekedi et Vital Kamerhe, de leurs signatures de l’Accord de Genève (12 novembre 2018) portant création de la plate-forme électorale « Lamuka » et désignation de Martin Fayulu comme « candidat commun » de l’opposition à la présidentielle de décembre 2018.

            Contrairement à cette campagne d’intoxication, les députés membres du Groupe parlementaire CACH viennent de souligner, à travers une déclaration datée du même jeudi 14 novembre 2019, à partir du Palais du Peuple, qu’ils n’ont jamais tourné le dos à Jean-Marc Kabund. S’agissant des incidents de Lubumbashi, Kasumbalesa et Kolwezi, où les effigies du président sortant, Joseph Kabila, et du Chef de l’Etat entrant, Félix Antoine Tshisekedi avaient été brûlées par des militants de l’UDPS pour le premier et du PPRD pour le second, ils ont lancé un appel à l’apaisement.

            Leur position est que pour le CACH (Cap pour le Changement) et FCC (Front Commun pour le Congo), les deux regroupements politiques unis dans la coalition actuellement au pouvoir, ont intérêt à cohabiter pacifiquement, pour le bien du grand Congo et des Congolais.

            C’est ici le lieu de relever, au sujet des propos tenus par Jean-Marc Kabund à l’endroit du FCC, que son message se voulait une interpellation à l’endroit de ses cadres, dont certains s’illustrent par des comportements et déclarations, qui donnent l’impression d’aller dans le sens de la recherche de l’éclatement de la coalition au pouvoir. Le président national de l’UDPS a attiré leur attention sur les conséquences fâcheuses d’une telle situation pour eux, leur rappelant au passage la triste épopée des Mobutistes, dont certains étaient obligés de traverser le fleuve par la pirogue, à cause à la fois de la défaite militaire de leur mentor, le maréchal Mobutu Sese Seko, mais aussi de leur rejet total par le peuple congolais.

                                                                                                           Kimp

Déclaration politique du Groupe Parlementaire CAP pour le Changement (CACH) au sujet des derniers incidents entre parties prenantes à la coalition FCC-CACH

Nous, députés nationaux membres du Groupe parlementaires CACH, réunis en urgence ce jeudi 14/11/2019 pour analyser les incidents survenus entre, d’une part, les militants de nos deux familles politiques (FCC et CACH) et, d’autre part, l’escalade verbale qui s’en est suivie, avons déploré ce qui suit :

–          La destruction méchante de l’effigie du Président de la République en exercice son Excellence Félix Antoine Tshisekedi et de celle de l’Autorité morale du FCC ;

– Le manque de tolérance politique qui a tendance à nous éloigner des objectifs que nous nous sommes assignés à travers notre Accord de coalition pour l’exercice pacifique du pouvoir;

– L’escalade verbale qui s’en est suivie ente certains cadres de kla coalition FCC-CACH ;

– Nous saisissons cette occasion pour apporter un démenti sur le prétendu retrait de confiance envers le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, honorable Jean-Marc KABUND.

Nous exhortons les uns et les autres au sein e la coalition FCC-CACH au sens élevé des responsabilités pour préserver et consolider les acquis de cette première alternance démocratique et pacifique du Pouvoir. Il en va de l’intérêt de toute notre nation et de la stabilité institutionnelle longtemps recherchée dans notre pays.

Fait à Kinshasa, le 14/11/2019

Pour le Groupe parlementaire CACH,

Le Président

Le Rapporteur 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •