FARDC : les révélations du général Lukama

0
432

Il n’a pas été tendre. Le général Marcellin Lukama a utilisé des mots durs,  à l’endroit des 60 officiers, affectés au commandement des unités d’administration à travers le territoire national, hier jeudi 25 novembre 2010, lors de la cérémonie d’ouverture officielle de la 12ème session de l’Ecole d’administration des Forces armées de la République démocratique du Congo(FARDC). S’adressant à ces aspirants, cet officier supérieur, commandant du Groupement des écoles supérieures militaires(GESM), a reconnu que notre armée a quelques difficultés dans son fonctionnement. Une des tares que l’on ne peut indubitablement renier, c’est son administration. 

            Militaire pétri d’expérience, le général Lukama a rappelé qu’il y eut jadis des commissions chargées de résoudre des problèmes d’administration des FARDC, mais toutes se sont retrouvées dans le mur. « L’informatisation de l’armée initiée en 1975 s’est soldée par un échec. Différentes réformes entreprises ont connu des déboires. Même les étrangers (Zimbabwéens etc.) s’en sont mêlés, mais toujours sans succès. La cause : les administratifs ont été plus malins…» a-t-il clamé, avant de conclure que ce qui manque à l’armée, ce ne sont pas des connaissances mais l’homme.

            En effet, révèle-t-il, lors des différents concours d’affectation, une  grande majorité d’officiers choisie l’administration ou la logistique pour…tripoter. Ainsi, quelle que soient les formations qui leur sont dispensées, tant qu’il n’y aura pas changement de mentalité, c’est une œuvre inutile. A titre d’exemple, le soldat étale l’agitation qu’on observe particulièrement chez les administratifs à l’approche de la date de paie de soldes des militaires (autrefois le 20 de chaque mois). Cette vague qui disparait deux ou trois jours après la paie, est un signe éloquent que cette catégorie de l’armée a pour seule aiguillon : l’argent. « Les officiers ont réduit l’administration à la fonction de paie… Si vous ne changez pas, vous êtes venus perdre votre temps !» a lancé le général Lukama. Tout en admettant qu’il y a aussi d’autres reproches dans d’autres secteurs de la grande muette, il a notamment tenu à faire savoir aux nouveaux stagiaires que l’armée c’est avant tout l’apostolat.

            Replongeant dans ses vieux souvenirs, le soldat a relaté quelques faits cocasses. D’abord, il y a des années, à l’occasion des affectations, il était surpris de voir plus de 300 officiers choisir l’administration et la logistique, alors qu’une dizaine seulement s’est présentée dans les forces combattantes. Autre intrigue, même le Service Informatisé et de Contrôle(SIC), mis en place par le maréchal Mobutu lui-même s’est révélé inefficace devant la perfidie des administratifs. « Les échecs que nous avons connus dans notre histoire, je les attribue à l’administration et à la logistique !» a-t-il encore rengainé, tout en mettant en garde ceux qui viennent pour perpétuer cet amollissement avec l’ignoble pratique de gonflement des effectifs. 

            En présence de son homologue, le général Martins, chef de mission de la Mission de conseil et de l’assistance en matière de réforme du secteur de la sécurité en RDC( EUSEC), le général Marcellin Lukama a déclaré aux officiers que maintenant la balle est dans leur camps, dès lors qu’ils seront les premiers briques à être en dessous pour construire un nouvel et bel édifice. Soucieux de voir ces récipiendaires créer une armée digne, le général a fait noter qu’il devait user des mots durs afin que cela puisse rebondir incessamment dans la tête d’un chacun et produire un changement. « 6 mois d’apprentissage, ce n’est rien. Mettez à profit ce temps pour engranger le maximum de connaissances et ne suivez pas l’exemple des anciens qui n’ont pas été exemplaires… » a-t-il conclu, jurant la main sur le cœur qu’il n’a jamais été, quant à lui, dans cette catégorie de ces chefs surnommés « Boreur », car bouffant sur les dos des combattants réels et  fictifs.

            Il faudrait tout de même noter que les cours de cette 12ème session de l’Ecole d’administration des FARDC dureront 6 mois. Dernière vacation organisée à Kinshasa, l’école se déplace prochainement à Kananga. A en croire le major Tangamo Yambona Jean-Adolphe, coordonateur des écoles d’administration, l’objectif de cette formation est de former au sein des FARDC, un personnel d’administration capable d’exercer les fonctions de gestion du personnel, de gestion financière et de gestion du matériel tant dans les unités dans les régions militaires que dans les services centraux du ministère de la Défense Nationale et des Anciens combattants, et de l’état-major général. De plus,  la formation permettra aux stagiaires de bénéficier d’une formation générale indispensable dans la pratique d’une fonction administrative et préparant les officiers à suivre des cours dans les Ecoles supérieures spécialisées. Les sujets couverts sont, entre autres, « gestion du personnel militaire », « budget et finance », « comptabilité générale » et « règlement de discipline ». 

Tshieke Bukasa

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*