Ex-Onatra : le cabinet du Chef de l’Etat fixe les grévistes ce vendredi

0
163

Décidés à maintenir leur mouvement de grève jusqu’au paiement de leurs 20 mois d’arriérés de salaires, les travailleurs de la Société Commerciale de Transports et des Ports (SCTP) continuent de faire du bruit et de brûler des pneus devant le bâtiment administratif de leur entreprise, sur le boulevard du 30 juin, dans la commune de la Gombe. On apprend, aux dernières nouvelles, qu’ils attendent, ce vendredi 01 mars 2019, une importante communication du Cabinet du Chef de l’Etat, par la voix de son Directeur, Vital Kamerhe.

            Une deuxième marche pacifique est envisagée pour le lundi 04 mars 2019, jusqu’à la Cité de l’Union Africaine, en cas de rendez-vous manqué.  Il y a lieu de rappeler que la réunion de clarification entre le banc syndical, le Gouvernement, la direction générale de la SCTP et la Présidence de la République, qui devait se tenir le lundi 25 février 2019 au cabinet du Vice-premier ministre et ministre chargé des Transports et Voies de Communications, José Makila, n’a pu avoir lieu en raison de l’indisponibilité du précité, contraint de démissionner le vendredi 22 février 2019, afin d’éviter le cumul avec sa fonction de député national.  

            La fumée noire a de nouveau caractérisé le climat de vive tension qui a régné devant le bâtiment administratif de l’ex-Onatra hier jeudi 28 février 2019.  Deux communications ont été faites, tour à tour, par Armand Osase et Kasongo, respectivement Président de l’Intersyndicale et l’un de représentants de la délégation des travailleurs, reçus au Cabinet du Chef de l’Etat le mercredi 27 février 2019.

            A en croire des sources proches du dossier, c’était après que le Directeur Général Daniel Mukoko et son adjoint, avaient été auditionnés au Cabinet du Chef de l’Etat, le mardi 26 février 2019, sur la situation réelle qui prévaut à l’ex-Onatra.

            D’entrée de jeu, Armand Osase a remercié de vive voix la délégation des travailleurs reçue par Vital Kamerhe pour la même cause de la SCTP, laquelle préoccupe l’Intersyndicale. A l’en croire, devant Vital Kamerhe, le DG Mukoko  Samba n’aurait reconnu que 6 mois d’arriérés de salaires, en soulignant qu’il aurait hérité des autres mois de ses prédécesseurs comme mandataires.

            Lors de l’entretien avec le Directeur du Cabinet du Chef de l’Etat, a-t-il laissé entendre, le dossier des 30.000.000 de dollars américains s’était invité sur la table. Selon Armand Osase, 11.000.000 de dollars sur les 30.000.000  devaient être affectés au paiement de salaires mais le Dg Mukoko aurait préféré payer des fournisseurs, a lâché Armand Osase. D’où l’exigence du limogeage du Conseil d’administration et du Comité de gestion.

             S’agissant des ports privés construits dans les installations de la SCTP, à savoir KUNTWALA (Boma), MGT et Socope et autres, dont les propriétaires ne paient meme pas la Redevance Logistique Terrestre (RTL) et qui détournent des marchés représentant des millions de dollars au détriment de leur entreprise, il a été demandé leur fermeture pure et simple.

            Ce syndicaliste a appelé la masse laborieuse à une mobilisation générale devant le bâtiment administratif ce vendredi 01mars 2019, dans l’attente de la réponse du cabinet du Chef de l’Etat.

De son côté, l’agent Kasongo a pris aussi la parole, au nom de la délégation des travailleurs, pour faire la restitution de leur rencontre avec Vital Kamerhe. Selon lui, la Présidente du Conseil d’Administration, Vicky Katumwa Mukalay, qui devrait être avec eux, se serait absentée volontairement. Après avoir fait le point de la situation avec leur distingué interlocuteur, celui-ci leur a dit qu’il n’était pas le protecteur du DG Mukoko, contrairement aux rumeurs en circulation dans les rangs des agents de la SCTP.

.Jean-René Ekofo 

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •