Ewanga dénonce le sabotage de la médiation de la CENCO

0
730

ewanga« Pendant que le FCR et les autres forces du Rassemblement attendaient l’aboutissement des efforts des pères de l’église, quelle n’a pas été notre surprise de constater une succession d’événements et actions engagés par le camp de la majorité au pouvoir, lesquelles actions trahissent la volonté du pouvoir en place de s’entêter dans la voie de la violation de la constitution en vue de se maintenir au pouvoir ».

C’est le message livré par Jean-Bertrand au cours d’un point de presse qu’il a animé le samedi 3 décembre 2016 à l’occasion de l’inauguration du siège de  son parti, sur l’avenue de l’Enseignement, dans la commune de Kasa-Vubu.
Il a souligné que son parti, le Front Citoyen pour la République (FCR), à l’intérieur du Rassemblement, a toujours soutenu que « le dialogue reste la voie royale pour sortir la République Démocratique du Congo de l’impasse artificielle lui imposée par ceux qui tiennent à violer la Constitution et sacrifier la démocratie sur l’autel des
intérêts privés.
Il a précisé que le  dialogue voulu par son parti et les autres
forces du Rassemblement, est celui qui doit se tenir selon la
résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
« Voilà pourquoi, notre parti, le FCR, a refusé de soutenir l’accord
politique issu du forum de la Cité de l’Union Africaine », a ajouté
l’élu d’ikela, avant de faire remarquer que pour éviter le chaos, son
parti avait soutenu les efforts de la CENCO piétinés aujourd’hui par
les caciques de la majorité au pouvoir.
A ce sujet, Jean-Bertrand Ewanga prend l’opinion tant nationale
qu’internationale à témoin et demande au président Kabila de
s’inspirer de l’exemple de François Hollande qui, en plein mandat, a
eu le courage politique d’annoncer qu’il ne se représentera pas pour
la seconde fois à l’élection présidentielle alors qu’il en a le plein
droit au regard de la Constitution de son pays.
« Par cet acte de haute facture politique, indique-t-il, l’actuel
locataire de l’Elysée vient de montrer qu’il place l’intérêt de la
France au-dessus de ses intérêts privés.
Le président du FCR a rappelé que d’ici le 19 décembre 2016, le
peuple congolais attend de son président de la République un sursaut
de patriotisme et de grandeur ainsi que l’a fait le président Yaya
Djame de la Gambie, qui a reconnu son échec aux élections ou le
président Dos Santos d’Angola, qui vient d’annoncer qu’il ne va pas se
représenter à la prochaine élection présidentielle.
« L’Afrique bouge et il faut lire les signes du temps. La RDC a plus
que jamais besoin qu’on lui restitue sa grandeur et sa dignité », a
lâché, Jean- Bertrand Ewanga.
Il faut noter que le point de presse a été précédé par la présentation
des cadres de la nouvelle direction politique du FCR et la mise en
circulation de la nouvelle carte d’adhésion ou d’affiliation à ce
nouveau parti, membre du Rassemblement.
Eric Wemba

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •