Etienne Tshisekedi wa Mulumba : ‘’Mon Maître et mon Modèle’’, témoignage de Jean-Joseph Mukendi, son ancien conseiller politique

0
495

A l’occasion de la commémoration du 1er anniversaire du décès de monsieur Etienne Tshisekedi, plusieurs témoignages ont été prononcés notamment, celui du Bâtonnier  Jean-Joseph Mukendi wa Mulumba, le rare pilier de l’UDPS. Il donne du crédit à ce parti, vu son audience sur le plan judiciaire, politique et diplomatique après la disparition d’Etienne Tshisekedi. (Ci-dessous son témoignage  éloquent)

TEMOIGNAGE

Le nom d’Etienne TSHISEKEDI attira mon attention la première fois
lorsque, un jour du mois d’août 1961, la radio nationale congolaise
annonça la sortie des trois premiers Docteurs en droit dont un Belge
et deux Congolais à savoir Déde Alexis et Etienne TSHISEKEDI. Il a
fallu attendre une dizaine d’années pour que je rencontre l’homme en
personne. C’est en 1971 que, jeune avocat, mon patron de stage me
confia le dossier du litige opposant Etienne TSHISEKEDI à un imposteur
qui avait des revendications sur sa parcelle du Boulevard du 30 juin à
la Gombe. Je me rendis au bureau de notre client, à l’époque Deuxième
Vice-président de l’Assemblée Nationale. J’y fus accueilli par un
certain Laurent Marcel Mbayo que je rejoindrai vingt ans plus tard au
Cabinet du 1er Ministre de la Conférence Nationale Souveraine. C’est
depuis lors que je suis entré dans le cercle privé avec en plus la
facilité d’accéder au domicile privé où j’avais le privilège de ne pas
être un inconnu chez Madame Marthe Tshisekedi. En effet pendant ses
études d’infirmière, cette dernière habitait à Luluabourg chez notre
voisine qui était sa grande-sœur. Elle venait de temps à autre porter
le bébé que j’étais et pour la petite histoire, ma défunte mère m’a
raconté que c’est elle qui découvrit ‘’ma première dent’’ – C’est vous
dire que Maman Marthe m’a porté, avant Jean-Pierre, Roger et Félix.
Revenons à Monsieur Etienne TSHISEKEDI, dont depuis 1971 je suis
demeuré son avocat et ensuite en 1991, son Conseiller politique. Le
témoignage de ce jour est intitulé : ‘’Etienne TSHISEKEDI wa MULUMBA,
Mon Maître et mon Modèle’’.

En quoi a-t-il été mon Maître ?

1. Etienne TSHISEKEDI ‘’Mon Maître’’
C’est en ma qualité d’avocat qu’Etienne TSHISEKEDI m’associa avec
Maître Barthelemy Dipumba aux initiatives politiques amorcées avec ses
collègues Makanda Mpinga et Ngalula Mpandanjila, notamment lorsque
souffla le vent de la démocratie. Lorsque vint le procès des 13
parlementaires en juin 1982, c’est tout naturellement que j’occupais
la défense dans un climat de très haute tension alimentée d’une part
par les menaces à peine voilées d’un pouvoir en danger et d’autre part
de partisans qui défiaient la dictature. Etienne TSHISEKEDI commença
alors un long chemin de la croix, intercalant les prisons et les
relégations. C’est en l’accompagnant que j’ai appris mes premières
leçons de politique et découvert des qualités qui font de lui, ‘’Mon
Maître’’.

1.1. Nécessité d’une vision

Une des premières leçons est relative à la nécessité d’une ‘’vision’’
pour faire évoluer les idées politiques. En effet, un jour nous nous
plaignions de tentatives de débauchages, au sein de notre parti et
demandions au Président  la conduite à tenir. Il nous répondit
laconiquement : ‘’Dans le combat politique, il y a trois catégories
des membres : ‘’ – les idéalistes, comme vous ; ‘’ – les opportunistes
; ‘’ – les traitres. ‘’ Les traitres et les opportunistes, on en a
toujours eu et on en aura. Il faut seulement savoir les gérer. Mais
seuls, arrivent à bout, les idéalistes qui doivent toujours tenir
bon.’’ Quand on observe la carrière de notre leader, nous remarquons
qu’il a une ‘’ vision ‘’ très claire qu’il a portée jusqu’à la fin de
ses jours. C’est à cause de cette vision qu’il ne pouvait ni trahir
son idéal, ni verser dans l’opportunisme. Dieu seul sait le nombre de
fois que le régime Mobutu l’avait sollicité, avec des propositions
mirobolantes ! La réponse a toujours été la même. ‘’LE PEUPLE
D’ABORD’’.

1.2. L’esprit de sacrifice
Pour maintenir sa vision, notre leader a dû endurer des sacrifices
qu’il ne serait pas facile de relater. Le plus grand sacrifice
ressemble à celui que le Bon Dieu avait demandé à Abraham lorsqu’il
lui demanda de lui ‘’sacrifier son fils Isaac ’’. Etienne TSHISEKEDI a
été confronté à une demande identique. Pour servir le Peuple, il a
sacrifié ‘’ sa famille  et ses enfants ’’ qui ont dû endurer une vie
de galère, alors que les promesses de ‘’Mammon’’ étaient à la portée
de main et l’acceptation éventuelle pouvait leur faire jouir des
‘’roses de la vie’’. Il a préféré suivre l’exemple de Jésus ‘’à qui
Satan promettait tous les royaumes de la terre, s’il s’inclinait à ses
pieds et le louait. Comme Notre Seigneur, Etienne TSHISEKEDI a
toujours répondu ‘’arrière de moi, Satan’’.

1.3. Le courage dans la politique

John Kennedy a écrit un livre célèbre intitulé ‘’LE COURAGE DANS LA
POLITIQUE’’. Notre Leader symbolisait le titre de ce livre. Pour ne
citer qu’un exemple parmi des centaines – Nous sommes en novembre 1992
et les chars de Mobutu encerclent les bâtiments de la Primature pour
empêcher le Premier Ministre élu à la Conférence Nationale Souveraine
d’accéder à ses bureaux. Les services de sécurité de la Primature
informent le Leader et lui demandent de rester à son domicile. Informé
de la situation, il ne tarde pas à prendre sa décision et il donne
l’ordre de démarrer le cortège, ce qui fut fait. Dès que son véhicule
s’est présenté devant la barrière, les militaires ont directement levé
le siège. Leurs chefs les blâmèrent et envoyèrent des renforts pour
nous déloger.

La résistance avait payé et ce, après trois heures, le siège a été levé.

1.4. La constance
La clé de voûte de ces traits de caractère est la ‘’constance’’. En
effet, de part sa vision, son sens d’abnégation et son courage,
Etienne TSHISEKEDI est resté constant dans son combat. Rien, mais
absolument rien ne pouvait le détourner de son idéal. C’est grâce à
cette constance que des millions de compatriotes ont placé leur
confiance en lui, trouvant en lui le leader capable de les faire
arriver à bon port. En d’autres termes, comme moi, des millions de
Congolais ont fait de TSHISEKEDI leur modèle.

2. TSHISEKEDI, ‘’Mon Modèle’’

En 1988, le Président étant hospitalisé à Ngaliema suite aux
traumatismes résultant des relégations. C’était précisément après le
séjour à Buta où il avait failli être mordu dans sa chambre par
plusieurs serpents. Je suis allé à l’hôpital en compagnie d’un
collègue avocat, Bâtonnier Kadima Kalala. Nous lui avons alors tenu ce
langage :  «Président, ne voyez-vous pas que malgré vos sacrifices, le
« peuple ne bouge pas. A quoi sert-il de continuer à vous sacrifier «
de cette manière, au risque de votre vie !» Maman Marthe et le
Président nous ont écoutés patiemment pour nous donner cette réponse
cinglante : « Oui c’est vrai, le « peuple ne bouge pas et on peut
avoir l’impression que notre « action est un échec. Laissez-moi vous
dire que si l’action ne « réussit pas c’est à cause de vous, vous les
cadres et les « intellectuels. Le peuple est limité dans son champ
d’action, « parce que vous, vous ne relayez pas notre combat.
« Le jour que vous allez vous lever, nous irons droit à la victoire !
» Je vous assure que la réponse était sans réplique, surtout que Maman
Marthe a enchaîné dans le même sens avec des exemples précis. Mon
confrère et moi étions sortis, comme des ‘’poules mouillées’’. Mais en
ce qui me concerne, c’est ce jour-là que Ya Tshitshi m’a ‘’converti’’
et j’ai aussi décidé ‘’de prendre ma croix et de le suivre’’  même si
je n’ai pas le même courage, la même abnégation et le même degré de
vision. C’est dans cet esprit que je ‘’nous’’ exhorte à poursuivre le
combat qui nous mène à la victoire. Permettez-moi pour conclure, de
vous faire vivre une interpellation qu’une combattante nous a faite.
C’était exactement le 02 novembre 2015, nous étions à Bruxelles, à la
gare du Nord vers 14 heures, une dame nous aperçoit, moi, mon épouse,
Gilbert Kankonde et Abbé Théo et m’interpelle personnellement.
‘’Bonjour Maître Mukendi … je sais que vous allez voir le Président
TSHISEKEDI tout à l’heure. Dites-lui bonjour en précisant que c’est de
la part de la dame qui lui avait dit ‘’vous ne mourrez pas avant
d’avoir accompli votre mission pour le pays ! » La dame, après avoir
lancé ce message reprendra son bonhomme de chemin. Je ne la
connaissais pas, Abbé Théo et Gilbert, non plus ! Je ne reverrai cette
dame et découvris son nom que le dimanche 05 février 2017, à la
cérémonie d’hommage au défunt organisé à Bruxelles. Cependant, ce
message est destiné à nous tous. En effet ‘’TSHISEKEDI, ENTENDEZ, SON
ESPRIT NE MOURRA PAS AVANT LA REUSSITE DE LA LUTTE DE L’UDPS’’. En ce
moment, où de tous les côtés, les personnes chantent ‘’la division,
l’échec ou l’incapacité de l’UDPS’’ ayons à cœur que ‘’TSHISEKEDI NE
MOURRA PAS AVANT LA VICTOIRE’’. Aux chantres des malheurs et aux
pêcheurs en eaux troubles, ensemble nous disons : ‘’TSHISEKEDI ne
mourra pas’’. A cet effet, chacun de nous intériorisera dans sa lutte
ces qualités de vision, d’abnégation, de constance et de courage dans
la politique. L’UDPS, n’en déplaise aux méchants, n’a pas encore
entonné son chant de cygne.  AINSI, NOUS POURRONS TOUS AVEC FOI ET
AVEC FORCE, CRIER : ‘’JE SUIS TSHISEKEDI, JE NE MOURRAI PAS AVANT LA
VICTOIRE !’’

Je vous remercie.

Kinshasa, le 1er février 2018

Jean-Joseph MUKENDI wa MULUMBA

  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •