ESU : protocole d’accord signé entre le gouvernement et bancs syndicaux

0
173

Un compromis a été trouvé, le week-end dernier, entre le gouvernement et les bancs syndicaux des professeurs, assistants, chefs des travaux ainsi que le personnel administratif de l’Enseignement Supérieur et Universitaire en République Démocratique du Congo au sujet des différentes revendications ayant conduit à un mouvement de grève déclenché depuis le début de l’année.

Après 5 jours de discussions intenses entre les deux parties (du 27 au 31 mars 2021), le gouvernement congolais a pris un certain nombre d’engagements allant dans le sens de désamorcer la bombe car les activités académiques sont complétement perturbées dans les instituts supérieurs et universités publics du pays à la suite de la grève de ces personnels.

            Parmi les clauses convenues entre les deux parties, on note par exemple l’élaboration d’une grille barémique actualisée, la réduction des écarts des salaires, l’octroi des véhicules aux professeurs pendant le trimestre en cours afin de compenser le manque à gagner enregistré depuis des années et le paiement d’une  prime annuelle de recherche équivalent à 320$ pour les professeurs ordinaires.

            Le gouvernement congolais s’est aussi engagé à appliquer le nouveau barème salarial dès le 7 janvier 2023. Il s’agit notamment de  la prime institutionnelle mensuelle d’un professeur associé (PA). En effet, le salaire dui moins gradé s’élève à 4.323.992 FC, soit 2.161 USD (Nldr: taux de 2000 FC le dollar américain), et celle du plus gradé, le professeur émérite (PE), reviendra à 6 828 534 FC, soit 3 414 USD. Une augmentation de 1 497 536 (748 USD) et 3 892 699 FC (1.946 USD) est prévue respectivement pour le PA et le PE.

            Selon la communication du ministère de l’Enseignement Supérieur et Universitaire, les primes des chefs des travaux et assistants ont été doublées. De ce fait, un assistant de premier mandat gagnera désormais 505 984 FC (252 USD), celui de second mandat 584 030 (292 USD) tandis que le chef de travaux bénéficiera de 1 248 262 FC (624 USD). Il faut signaler que ces montants seront déduits de 3% au titre de l’impôt professionnel sur les rémunérations (IPR). Un comité de suivi et une cellule de surveillance de la paie seront mis en place pour le respect de ces engagements.

            Cet accord, qui devait mettre fin à la grève, a été signé par les syndicalistes des personnels académique et scientifique ainsi que ceux des administratifs ainsi que le gouvernement représenté par le vice-premier ministre, ministre de la Fonction Publique, celui  du Budget, le ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire et la vice-ministre des Finances.

            Rappelons que l’objectif des travaux qui se sont tenus à Bibwa, dans la commune de N’sele, était d’élaborer la politique salariale du personnel de l’ESU et de la recherche scientifique. Outre le problème salarial, les professeurs, dans leur cahier des charges, demandaient  au gouvernement d’assurer la prise en charge des soins médicaux, du logement, du transport, de leur situation familiale et celle de leurs collaborateurs. Ils disent vivre dans une précarité sans pareil.

            Ces assises  visaient donc à assainir le secteur et à résoudre un certain nombre des problèmes soulevés par le personnel de l’ESU dans leur globalité, afin de mettre un terme aux grèves répétitives qui ne font que faire baisser le niveau du système éducatif congolais.

Perside Diawaku

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •