Equateur : appel au calme de Lokondo

0
43

Depuis le décès de Koyagialo, la province de l’Equateur n’a pas toujours de gouverneur. Le vice-gouverneur continue d’expédier les affaires courantes plusieurs mois après la disparation de son titulaire, en violation de la loi qui limite l’expédition des affaires courantes à 30 jours.
Face aux inquiétudes exprimées par les ressortissants de l’Equateur suite au gel prolongé de l’élection du nouveau Gouverneur, le député national Henri Thomas Lokondo a appelé les « Bana ekanga » au calme.

Au cours d’un point de presse qu’il a animé hier mercredi 25 fevrier2015 en sa résidence, dans la commune de Limete, l’élu de Mbandaka a fait remarquer que l’article 160 de la Constitution est à ce sujet sans équivoque. Il stipule « qu’en cas de décès du gouverneur de province, le gouvernement provincial est réputé démissionnaire ». Cela veut dire qu’il n’existe plus en droit mais, en fait, il existe parce qu’il expédie les affaires courantes, a-t-il martelé, avant de souligner la différence fondamentale entre l’intérim et l’expédition des affaires courantes.
Pour Henri Thomas Lokondo, l’actuel vice –gouverneur de l’Equateur n’assume pas l’intérim, car le gouverneur est « mort » avec son gouvernement. Il a loué l’intelligence du législateur qui a choisi à bon escient le terme  « expédition des affaires courantes », qui signifie la liquidation simplement de petits dossiers administratifs qui étaient en cours, sans en créer d’autres, et ce, dans un délai de 30 jours.
Lokondo a jugé inacceptable le fait de laisser la province pendant plusieurs mois dans le statu quo des affaires courantes. Répliquant à certaines langues qui parlent de l’inopportunité de l’élection du gouverneur de l’Equateur suite à la mise en place imminente de nouvelles provinces, il a renvoyé les sceptiques au projet de loi de programmation déterminant les modalités d’installation des trois nouvelles provinces dans cette partie de la République.
« Conformément à l’article 5 de cette loi, c’est une opération gigantesque qui imposera aux gouverneurs de prendre des arrêtés sur certaines choses. Or, le vice-gouverneur qui expédie les affaires courantes ne sera pas en mesure de le faire suite à son statut », a-t-il indiqué.

ERIC WEMBA

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •