EPST : Tony Mwaba et syndicats d’accord pour consolider la gratuité

0
720

En ce début de son mandat, le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), professeur Tony Mwaba Kazadi se montre plus que jamais déterminé à extirper – dans la mesure des moyens mis en sa disposition – toutes les pesanteurs qui handicapent le bon fonctionnement de ce sous-secteur de l’Education nationale. En recevant la délégation de  «l’Intersyndicale des syndicats de l’EPST », hier lundi 10 mai 2021, il a tenu à souligner devant ses hôtes cette détermination qui cadre avec la vision du Président de la République. En effet, lors de ce premier contact avec le monde syndical de son secteur, il a convié l’ensemble des partenaires éducatifs, particulièrement les organisations syndicales, à l’appuyer dans la lutte pour le redressement de l’enseignement qui est en train de traverser une période des turbulences qui ont écorné son image.

            Comme il a été nommé justement à ce poste pendant cette période de tumultes, il a dit avoir pris toute une semaine pour écouter les responsables des principaux services de l’EPST, en commençant par le secrétariat général. A l’issue de cet exercice, il a décidé d’anticiper en prenant quelques mesures salutaires qui pourront faciliter le bon fonctionnement du secteur. C’est ainsi qu’il a porté à la connaissance des partenaires éducatifs en général et des chefs d’établissements scolaires en particulier sa décision de majorer, en se basant uniquement sur les ressources internes, l’enveloppe globale des frais de fonctionnement des établissements scolaires publics (c’est-à-dire non-conventionnés) et conventionnés du niveau primaire à hauteur de 20,25% ; à répartir suivant la catégorie des écoles sur toute l’étendue du territoire national.

La majoration des salaires des enseignants attendra l’exploitation des rapports des missions et le toilettage des listings SECOPE

            Cette augmentation, qui vise précisément l’amélioration de la qualité de l’enseignement, interviendra progressivement de manière suivante : d’abord pour la Ville-Province de Kinshasa à partir du mois de juin 2021 ; ensuite, pour les autres provinces, à partir du mois de juillet 2021. Par ailleurs, le ministre s’est également préoccupé de la situation réelle de l’enseignant congolais durant toutes les audiences qu’il a accordées pendant la première semaine de son mandat. Un constat s’est alors dégagé pour l’amélioration du salaire de l’enseignant. Dans un premier temps il convient d’exploiter les rapports des missions de contrôle envoyées dans toutes les provinces de la RDC, y compris la capitale, pour élaguer des listings toutes les écoles fictives et les enseignants irréels. Un toilettage qui permettra d’avoir l’effectif réel qui devra bénéficier d’une majoration de salaire.

            Pour hâter ce travail, le ministre a prévu la mise sur pied de trois commissions où siègeront aussi des syndicalistes. Il s’agit d’une commission d’examen des arrêtés litigieux, qui sont à la base des écoles fictives ; d’une commission d’examen des rapports de missions à l’intérieur du pays et d’une commission d’examen des nouvelles unités. Tous cela pour accélérer la consolidation de la gratuité de l’enseignement de base, conformément à la vision du Chef de l’Etat. Pour terminer, le professeur Tony Mwaba a précisé qu’il n’est pas venu pour, soi-disant « couper les têtes » des gens à l’EPST, mais voudrait que tout le monde s’implique dans cette vision pour pérenniser la gratuité de l’enseignement dans notre pays à l’avantage de l’enfant congolais et de son enseignant, donc du syndicaliste de l’EPST aussi.  Il a demandé aux syndicats de dénoncer tous ceux qui s’en écarteront pour qu’ils soient alors sanctionnés. Ceux-ci ont promis de lui remettre leur « Cahier de charge » pour un meilleur partenariat au plus tard le samedi prochain.

SAKAZ   

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •