EPST : les directeurs provinciaux sommés de présenter leurs plans d’activités

0
159

Tous les directeurs provinciaux de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), récemment nommés par le ministre de tutelle, Tony Mwaba Kazadi, dans sa mise en place du 29 novembre 2021, sont invités à présenter leurs planifications d’activités – ou plans d’actions – dans un délai d’une semaine. Le Secrétaire général et l’Inspecteur général à l’EPST sont invités, chacun en ce qui le concerne, à instruire tous les concernés relevant de leur autorité, particulièrement ceux qui résident à l’intérieur du pays et qui doivent avoir aussi assez de temps pour faire parvenir leurs plans d’activités à Kinshasa.

Cette instruction ministérielle – signée le 20 décembre 2021 par Eddy Bantu Nkongolo, directeur de cabinet du ministre Tony Mwaba – a été transmise le 21 décembre 2021, dans un premier temps, aux cadres se trouvant dans la capitale ; à savoir, au Secrétaire général (SG/EPST), à l’Inspecteur général à l’Epst (IG/EPST), aux directeurs chefs de services centraux, aux directeurs provinciaux de SECOPE (Diprosecs), aux inspecteurs principaux provinciaux (IPP) et aux directeurs provinciaux de l’Epst (Proveds).

Redressement du sous-secteur de l’enseignement et pérennisation de la gratuité

       Dans sa note à tous les directeurs provinciaux figurant dans la nouvelle mise en place, Eddy Bantu Nkongolo a commencé par féliciter tous les nominés pour ensuite les informer que le ministre leur demande « de lui transmettre, endéans une semaine, dès réception de la présente, soit au plus tard le 27 décembre courant, un plan détaillé des activités, actions ou réformes que vous envisagiez pour l’année scolaire 2021-2022. Il doit s’agir d’un chronogramme précis qui servira d’instrument de suivi et évaluation pour le ministre ».

       Poursuivant son argumentation, le directeur de cabinet du ministère de l’EPST note que « la planification de ces activités doit se faire dans le cadre du redressement du sous-secteur de l’enseignement primaire et secondaire, et surtout de la coordination de pérennisation de la gratuité telle qu’arrêtée notamment lors des assises de Mbuela ».

       Avant de clore sa note, Eddy Bantu a demandé expressément à l’Inspecteur général et au Secrétaire général à l’EPST de transmettre cette instruction aux provinces éducationnelles et par la suite de coordonner et rassembler pour le ministre tous les rapports recueillis.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •