EPST : le cahier de charges des enseignants sur la table du Chef de l’Etat

0
198

Chose promise, chose due. Conformément à sa promesse faite aux syndicalistes le jour même de la reprise effective des cours au niveau des classes terminales de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Technique (EPST), à l’Institut de la Gombe, le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a reçu en audience, hier mardi 11 août 2020, à la Cité de l’Union Africaine, les représentants des enseignants.

A cette occasion, le Chef de l’Etat a échangé avec une délégation de cinq syndicalistes de SYECO et de SYNECAT conduite par Cécile Tshiyombo, secrétaire générale du Syeco. Willy Bakonga Wilima et Didier Budimbu, respectivement ministre d’Etat et vice-ministre de l’EPST avec Délon Kampay, directeur du Service de Contrôle et de Paie des Enseignants (SECOPE) ont également pris part à cette audience pour éclairer le Chef de l’Etat sur l’ensemble des problèmes soulevés par les syndicalistes.

            A l’issue de cette rencontre, Willy Bakonga a souligné la détermination du Chef de l’Etat à valoriser le secteur de l’enseignement, et particulièrement de l’éducation de base ; un secteur important pour le devenir du pays. Il a souligné que le gouvernement ne va pas lésiner sur les moyens pour sauver l’enseignement et prendre en charge les 132.000 enseignants non payés, d’autant plus que l’école est la pépinière de l’élite de demain et elle doit être bien préparée. Pour sa part, Cécile Tshiyombo a exprimé la joie des représentants des enseignants d’avoir eu l’occasion d’exposer directement au Chef de l’Etat les problèmes cruciaux de ce sous-secteur de l’éducation.

            Parmi les problèmes soulevés devant le Premier citoyen congolais figuraient la nécessité d’auditer le Secope et de mettre en place la caisse de retraite des enseignants, vieillissants dans leur majorité ; la nécessité d’appliquer le Protocole d’Accord conclu avec le gouvernement à Bibwa ; la nécessité de prise en charge par le Trésor public de vrais enseignants nouvelles unités (N.U.) ; la non-convocation de la commission paritaire gouvernement-banc syndical ; la suppression des grades et échelons des enseignants sur les listings de paie ; le non versement du 2ème et 3ème paliers des salaires pour les enseignants déjà payés etc.

Le Chef de l’Etat a promis des solutions à court, moyen et long termes

            Interrogés à la sortie de l’audience présidentielle, la délégation conduite par Cécile Tshiyombo a constaté que le Président de la République s’est montré très attentif aux exposés de ses interlocuteurs. Il a ordonné que soit revisitée au plus vite la liste des enseignants N.U. et  promis de rester examiner ces doléances avec les ministres sectoriels pour déterminer ce qui pourrait être prioritaire, c’est-à-dire, les questions pour lesquelles les solutions doivent être apportées à court, moyen et long termes. Il a marqué son accord pour l’enquête à mener au sein du SECOPE.

            Selon les syndicalistes, une autre rencontre est prévue avec le Chef de l’Etat pour l’annonce des résultats réservés à leurs revendications.

SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •