EPSP : reprise des travaux suspendus à cause des élections

0
26
En avant plan de droite à gauche en chemise verte un enseignt en conversation avec des élèves habillés en bleu blanc devant le batiment d'une école à Kinshasa Radio Okapi Ph John Bompengo

Les travaux de la Commission paritaire Gouvernement/Syndicat de l’EPSP ont repris depuis le lundi, 11 février 2019. C’est ainsi que le vendredi 22 février 2019, dans la matinée, Jean Marie Mangobe et Michel Djamba, respectivement secrétaire général et inspecteur général à l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (E.P.S.P.) ont voulu s’assurer du bon déroulement de cette rencontre au nom du gouvernement. Ils ont visité les délégués des syndicats des enseignants et ceux du gouvernement, logés à la périphérie de la capitale, au Motel « Village Venus », à Bibwa, dans la commune de la N’Sele. Ensemble, ils les ont encouragés à continuer le travail qui était suspendu pour des raisons citoyennes et à trouver des solutions appropriées aux préoccupations des enseignants de l’EPSP ; préoccupations contenues dans le Cahier de charges déposé par l’Intersyndicale de ces syndicats entre les mains du ministre de tutelle.

En effet, pour conjurer la répétition des grèves d’enseignants qui perturbaient chaque année la rentrée scolaire les grandes vacances et le respect du calendrier scolaire, cette Commission a été instituée pour siéger avant le début de chaque année scolaire. Elle a essentiellement pour tâche l’examen des revendications que les enseignants auraient consignées dans leur Cahier de charge à déposer entre les mains du ministre de tutelle, en l’espèce, celui de l’EPSP. Le retard de rencontre vécu cette année est imputé au climat politique instable qui a prévalu à la rentrée scolaire du 03 septembre 2018.  C’est ainsi que cette commission a débuté ses travaux le 05 novembre 2018 pour les suspendre le 20 décembre 2018 à cause des élections qui s’annonçaient. Et la reprise n’a eu lieu que le lundi 11 février dernier.

            L’optimisme des délégués à parvenir à des solutions acceptables par tous les enseignants a été confirmé par Didier Bikenge, rapporteur général de ces travaux. Non seulement il s’est dit optimiste par le fait qu’ils ont déjà traité environ 80% des revendications des enseignants, mais aussi il a prédit la fin des travaux dans un avenir proche, car a-t-il dit, ils ont déjà le rapport à mi-parcours et il ne reste que la validation du rapport final. La date de clôture sera fixée après cette validation.SAKAZ

  • 4
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •