EPSP : l’Examen d’Etat interdit aux écoles non agréées

1
173

Toute école non agréée doit être exclue des évaluations certificatives. Cette règle que vient de rappeler les conclusions et recommandations des travaux de l’ « Atelier annuel d’autoévaluation de l’Inspection scolaire » 2017-2018, tenu du 13 au 18 août 2018, sera
désormais de stricte application.

Parmi les évaluations certificatives, il convient d’épingler en tout premier lieu les épreuves de l’Examen d’Etat et du Test National de Fin d’Etudes du Cycle (TENAFEP). En effet, à travers plus de quarante provinces éducationnelles, on signale de nombreuses écoles non
agréées, voire des inspections provinciales qui avaient tendance à bafouer cette exigence légale. La clôture solennelle de cet atelier par Gaston Musemena Bongala, ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) devant plusieurs responsables
éducatifs provinciaux et partenaires éducatifs, techniques et financiers, tous venus à Kinshasa pour participer aux assises nationales de la « Promotion scolaire 2018 », a donc été l’occasion de remettre cette obligation à jour.

Toutefois, cette exigence n’est pas la seule à être épinglée dans les
résolutions et recommandations ayant sanctionné la fin de ces travaux.
Les inspecteurs, dans leur autocritique, ont également demandé des
sanctions contre des inspecteurs principaux provinciaux qui ne
respecteraient pas les directives et instructions officielles sur le
terrain. D’autres recommandations ont été adressées au gouvernement
central pour l’amélioration de la qualité de l’enseignement. Il lui
est demandé d’allouer un budget conséquent aux enseignants et de
poursuivre la paie des agents qui travaillent sans rémunérations ;
d’organiser la mise à la retraite honorable des enseignants ; de
mettre fin aux conflits EPSP et FPMA dans le respect des textes
créateurs ; de poursuivre la construction et la réhabilitation des
écoles et d’instituer une journée nationale de l’Inspection de
l’enseignement, le 15 août pour honorer la mémoire des inspecteurs
ayant sacrifié leurs vies pour l’éducation de la jeunesse congolaise.
Enfin, au ministre de l’EPSP, il est demandé d’équiper les écoles
d’enseignement général et normal transformées en enseignement
technique et professionnel en moyens d’enseignements appropriés.
SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.