EPSP : 1.493.547 élèves au TENAFEP

0
93

Emery Okundji, ministre intérimaire de l’EPSP (Enseignement Primaire,
Secondaire et Professionnel) a procédé au lancement du Test National
de Fin d’Etudes Primaires (TENAFEP), qui se déroule du 06 au 07 juin
2019, sur l’ensemble du territoire national. Une occasion qu’il a mise
à profit pour visiter trois centres, situés respectivement à l’EP
1/Sainte Marie à Lingwala ; à l’EP/ Cardinal Mosengwo à Limete et à
l’EP/André Kimbuta à Kasa-Vubu, non loin du rond-point Bandal. L’hôte
du jour était accompagné de plusieurs personnalités, de niveau tant
national que provincial, impliquées dans la gestion du Cycle primaire
dans la capitale. Il s’agit de Michel Djamba Kaombe, inspecteur
général à l’EPSP ; de Thérèse Olenga Kalonda, ministre provincial, en
charge de l’Education.

        Dans chaque salle d’examen visitée, le ministre a prodigué des
conseils aux jeunes élèves, finalistes du Cycle Primaire. Il les a
conscientisé, pour être la relève dont le pays a besoin et que le
Président de la République compte sur eux pour le développement du
pays. Il a insisté sur une lecture attentive avant de répondre à une
question ; car, il voudrait que toutes les candidates et tous les
candidats réussissent. A ce sujet, l’inspection générale a confirmé
que toutes les dispositions sont prises pour un déroulement apaisé et
dans de bonnes conditions du Test National de Fin d’Etudes Primaires
(TENAFEP), session 2019.
        A l’issue de cette visite d’inspection, Emery Okundji a tenu à
souligner que dans l’ensemble, le nombre de candidats inscrits pour
cette année scolaire au Tenafep s’élève à 1.506.031. Mais seulement
1.493.547 participent à cette session ordinaire, tandis que 12.484
attendent la session spéciale prévue pour les sous-divisions de Beni
(6.829 candidats) et de OICHA (5.655 candidats) dans le Nord-Kivu. En
effet, compte tenu du calendrier réaménagé suite à la maladie à virus
Ebola qui sévit à l’Est de la République, les sous-divisions de Beni
et OICHA dans la province éducationnelle du Nord-Kivu 2, passeront une
session spéciale prévue le jeudi 25 et vendredi juillet 2019

Parité respectée avec 53% de filles et 47%
de garçons

        Le ministre s’est montré particulièrement satisfait de la
participation des filles, avec un taux de 53%, laissant seulement 47%
aux garçons. Un effort qu’il a tenu à encourager en lançant un appel à
tous les parents pour qu’ils ne fassent pas de discrimination entre
filles et garçons en matière scolaire. Tous les enfants ont droit à
l’éducation pour le développement de notre pays. En outre, il a tenu à
féliciter plusieurs provinces éducationnelles où la parité est
vraiment respectée, tout en déplorant le cas de la province
éducationnelle du Kasaï-Central 2,  où le déséquilibre est inquiétant
entre les filles (7.878 candidates) et les garçons (14.684 candidats).
Un effort est demandé pour corriger à l’avenir cette anomalie.
Contrairement aux années antérieures – où chaque province s’occupait
de l’impression des questionnaires du Tenafep pour ses élèves – cette
fois, l’impression des cahiers d’items des épreuves de toutes les 48
provinces éducationnelles a eu lieu sur place, à l’imprimerie de
l’Inspection générale de l’EPSP. Il a également signalé qu’en plus de
6.217 centres d’examen organisés sur l’ensemble du territoire
national, deux autres sont implantés en hors-frontière (Luanda et
Cabinda) en République d’Angola. Ces deux centres travaillent
directement sous la tutelle de l’Administration centrale de
l’Inspection générale à Kinshasa.
Comparativement à la session 2018, qui avait reçu 1.267.819 candidats
inscrits, celle de 2019 a enregistré 1.493.547 candidats dont 705.266
filles, accusant ainsi une augmentation des effectifs de 225.728
candidats, soit une augmentation de 15,11%.
                     SAKAZ

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •