Enyele : la colère des Députés!

0
86

La plénière d’hier à l’Assemblée nationale qui devait être consacrée à la situation qui prévaut à Mbandaka, n’a vécu que l’espace de quelques minutes.

Et pour cause : les ministres de la Défense et de l’Intérieur qui devaient fournir des explications sur la situation de Mbandaka ne s’étant pas présentés au Palais du peuple, les députés ont jugé inopportun de siéger pour traiter d’autres matières.

D’où leur décision de boycotter la plénière du jour jusqu’à ce que le gouvernement leur apporte la lumière sur ce qui se passe actuellement dans la province de l’Equateur, particulièrement dans sa capitale Mbandaka.

 

Le décor annonçait  les couleurs

D’abord contrairement aux habitudes, le bureau a fait son entrée dans la salle des Congrès sous la direction du 1er vice-président, Boris Mbuku. Alors que souvent quand il y a une question cruciale et sensible à l’instar de la situation de Mbandaka, c’est le numéro un qui préside toujours la plénière.

Après avoir ouvert la séance, Boris Mbuku a demandé au protocole de faire entrer dans la salle les membres du gouvernement. Dans l’entendement des honorables députés c’était les ministres attendus, en l’occurrence celui de la Défense nationale et son collègue de l’Intérieur.

Mais à leur grande surprise, ce sont plutôt le ministres des Hydrocarbures et celui des Infrastructures et Travaux publics qui se sont présentés. Ils devaient ainsi répondre aux questions orales d’actualité conformément au Règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui consacre la journée de mercredi à l’audition des membres du gouvernement dans le cadre des questions d’actualité leur adressées.

Les députés ont réagi par des cris nourris, réclamant la présence de deux ministres attendus.

Le président de séance leur a dit que le Premier ministre a écrit au bureau à propos de leur absence. «Lisez-nous la correspondance», répliquent-ils. Exercice auquel, Boris Mbuku Laka s’est immédiatement livré.

Dans sa lettre parvenue au bureau de l’Assemblée nationale à 22 heures, le chef du gouvernement regrettait l’absence de ses collègues à l’invitation de la Représentation nationale. Car, ils devaient se rendre à Mbandaka le matin même de mercredi 7 avril en vue de s’enquérir de la situation. Et ils allaient y rester  jusque jeudi pour la réunion du Conseil supérieur de la Défense qui sera présidée par le chef de l’Etat.

Les deux ministres étant membres de cette structure ne pouvaient pas rester à Kinshasa, a justifié Adolphe Muzito.

Face à cela, le député Patrick Mayombe a réagi en demandant la parole par motion.

Dans son intervention, l’élu du Mlc a déclaré qu’il n’était pas normal de siéger sans la présence des ministres de la Défense et de l’Intérieur qui constituait le principal enjeu de la plénière du jour. Car, on ne peut escamoter la question essentielle d’actualité brûlante pour parler d’autres matières pendant que le pays est malade.

Comme le veut la coutume parlementaire, le bureau a autorisé quatre interventions sur la motion, dont deux pour et deux contre.

A l’issue des explications fournies par les uns et les autres, on a passé la motion au vote.

C’est par une écrasante majorité que la plénière a opté pour la motion Mayombe , proposant de ne pas siéger.

Encore une fois, l’attitude des députés a prouvé que devant les intérêts supérieurs de la Nation, autrement dit quand celle-ci est en péril, on ne voit pas la barrière habituelle entre la majorité et l’opposition.

Il est difficile de dire si les députés prendront part  à la plénière convoquée pour ce matin,  aussi  longtemps que les deux ministres concernés ne seront pas à Kinshasa !

 Dominique Mukenza

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*