Envoyée par une voisine, une gamine de 10 ans écrasée par un véhicule

0
54

Une gamine de 10 ans, répondant au nom de Charmante Nzuzi, a  été renversée par un conducteur alors qu’elle voulait traverser la chaussée. Elle était envoyée par leur voisine au coin de l’avenue pour lui acheter des épices. C‘est dans cette circonstance que la victime avait été renversée par un véhicule puis trouvé la mort. Ni la police, moins encore les témoins de cet événement malheureux, personne n’avait pu identifier le chauffeur, ce dernier ayant pris fuite.

            En clair, la victime Charmante Nzuzi attendait au carrefour, à l’arrêt Grammalic pour traverser la rue. Le conducteur, roulant, très  vite,  avait perdu le contrôle de son véhicule avant de monter sur le trottoir  et percuter la gamine, ont indiqué les avocats de la famille de la victime hier mardi 19 mars 2019, devant le tribunal de paix de Ngaliema.

            Ils exigent des dommages et intérêts de l’ordre de 350.000 dollars à la voisine pour les préjudices subis.

            Au cours de cette audience, les mêmes avocats ont indiqué que la victime, Charmante Nzuzi, avait été transportée en urgence dans un hôpital du quartier dans un état critique. C’est dix minutes après son arrivée que les médecins de cet hôpital l’avait déclarée morte.

            Une fois sur le lieu de l’accident, la police a mis la main sur la voisine qui avait demandé le service à la victime. On l’avait accusée de négligence.

            En réplique, les avocats de la prévenue Eugénie Kimbi ont demandé au tribunal d’acquitter leur cliente car l’enfant était morte accidentellement. Ces praticiens du droit ont  également demandé au tribunal  de tenir compte des circonstances atténuantes. Selon eux, leur cliente attendait famille et avait des malaises, raison pour laquelle elle avait demandé à la gamine de lui rendre service, avec la permission de ses parents. Elle avait demandé à la victime d’acheter des épices en face de la parcelle qu’elles occupent. Mais celle-ci avait préféré aller ailleurs.

            Ces avocats ont rappelé que leur cliente Eugénie Kimbi, et son mari, avaient pris en charge les funérailles la victime.

            Pour éclairer sa religion, le tribunal a entendu deux témoins. Le premier a indiqué que le chauffeur manœuvrait sa voiture à l’arrêt de bus Gramalic. C’est en ce moment là qu’il avait renversé l’enfant sans qu’il s’en aperçoive. Il avait suffi quelques secondes d’inattention pour que le drame se produise. Le second témoin par contre a martelé que le conducteur était ivre et roulait à vive allure. 

            Le ministère public a demandé aux deux parties au procès de lui communiquer leurs pièces et conclusions afin de donner son avis écrit dans le délai de la loi.

            Le tribunal, après avoir entendu les argumentaires de deux protagonistes, a pris cette affaire en délibéré et promis de se prononcer dans le délai légal.

Murka 

  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •