Environnement : la plate-forme intersectorielle veut clarifier les règles du jeu

1
64
José Ilanga, directeur du département d’étude et planification au ministère de l’Environnement, Conservation de la nature et  tourisme a présidé hier mardi 28 août 2012 la 2ème réunion de concertation sur la mise en place de la plate-forme intersectorielle des directions d’études et planification du gouvernement de la Rd Congo.  
Avec l’appui de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et du programme CARPE, cette activité a permis aux directeurs des départements d’études et de planification d’adopter, après quelques amendements, le procès-verbal de la 1ère réunion tenue le 11 juillet 2012 et d’adopter également le projet d’arrêté intersectoriel et de la feuille de route.
Le directeur du département d’études et planification au ministère de l’Environnement a rappelé que lors de la première réunion, ils s’étaient assignés trois objectifs. Rechercher les voies et moyens d’opérationnaliser l’ordonnance n°75-232 du 22 juillet 1975 portant création d’un comité interministériel pour l’environnement, la conservation de la nature et du tourisme ; de mobiliser l’opinion nationale en vue de la mise en place d’une synergie accrue autour de la problématique des changements climatiques avec ses corollaires d’impacts sur l’utilisation des ressources naturelles face aux impératifs de développement durable du pays ; et enfin élaborer une feuille de route pour la poursuite et le renforcement de la concertation interministérielle à travers les directions d’études et planification. Lors du lancement officiel de la plate-forme, le ministre de l’Environnement a suggéré des rencontres régulières  en vue de faire l’état des lieux sur la concertation interministérielle en la matière ; échanger les informations sur les ressources naturelles renouvelables et la récolte des données statistiques y relatives ; partager les expériences entre parties prenantes dans la protection de l’environnement et la gestion des ressources naturelles en Rd Congo ; définir la stratégie à mettre en place pour opérationnaliser l’ordonnance n°75-232 du 22 juillet 1975 ; élaborer une feuille de route pour la suite du processus.
 
Pour José Ilanga, comme la loi-cadre sur l’environnement a été adoptée, il est maintenant  impératif d’actionner la plate-forme intersectorielle de l’environnement. Il estime que cela va valoriser plusieurs directions d’études et  planification du gouvernement. 
Au nom de la hiérarchie ministérielle, il n’a pas manqué d’encourager l’UICN/CARPE pour son appui technique et financier à la mise en place et cette fonctionnement de  plate-forme intersectorielle et a exhorté toutes les directions d’études et planification à travailler de mieux en mieux pour transformer lr rêve en réalité. Il espère que les ministères qui ont un impact sur l’environnement travailleront de manière à influer positivement sur la loi-cadre de l’environnement.
 
Jean-René Bompolonga  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*