Enrôlement des électeurs dans les 12 provinces : les bons et mauvais points de la SYMOCEL

0
103
La Symocel (Synergie des Missions d’Observation Citoyenne des Elections) a rendu public vendredi 3 mars 2017, au cours d’un point de presse, son rapport sur les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs en cours dans 12 provinces. Il s’agit de : Ituri, Equateur, Sud-Ubangi, Tshuapa, Mongala, Tanganyika, Sud-Kivu, Lualaba, Haut-Lomami, Haut-Katanga, Sud-Kivu, Nord-Kivu et Maniema.  La Symocel avait déployé des équipes en vue d’observer et évaluer de manière objective ces opérations et tirer des conclusions préliminaires afin de proposer des recommandations. L’objectif visé est l’intérêt étant de contribuer à la constitution d’un fichier électoral crédible et fiable.
Dans ce rapport, lu par Bishop Abraham Djamba, Coordonnateur National de la Symocel , l’on fait état de 107 centres d’inscription visités par cette structure et qui répondaient aux conditions d’emplacement prévues par la loi. Néanmoins, la mission relève quelques difficultés liées aux conditions de fonctionnalité observées sur le terrain. Elle note l’exiguïté des locaux, l’absence d’éclairage, des bâtiments souvent en état de délabrement avancé et sans clôture, l’inaccessibilité géographique de certains centres, l’installation de centres d’inscription dans plusieurs villages dépeuplés suite aux conflits intercommunautaires.
La Symocel a également relevé le non-respect des heures  lors d’ouverture et de la fermeture des centres d’inscription (C.I), la rupture des stocks des matériels dans certains centres d’inscription, la récurrence de pannes de kits d’enrôlement occasionnant plusieurs arrêts journaliers , l’incompatibilité des cartes d’électeur avec les imprimantes, etc.  Ce rapport fait aussi mention du monnayage de l’inscription de personnes sans pièces d’identité et de la prise en compte des documents non conformes à la loi.
            Concernant le comportement des agents d’inscription, la symocel a relevé certaines attitudes  non professionnelles de leur part et aussi l’une vague de mécontentement en leur sein concernant notamment leur rémunération. Certains ont dénoncé l’absence de contrat  servant de base à leur activité ou ont protesté pour des arriérés de paiement de salaires et de la précarité générale de leurs conditions de vie.
 
Participation de la population
 Les observateurs ont relevé une situation contrastée d’une zone à une autre, s’agissant de l’engouement des citoyens à se faire identifier et enrôler. En même temps qu’ils ont pu observer l’affluence devant certains CI, ils ont pu également enregistré des CI implantés dans des endroits presque dépeuplés, en raison notamment du déplacement des populations suite aux conflits.
Sur le plan sécuritaire, la Symocel a noté un climat  favorable à la tenue des opérations dans les aires concernées. Toutefois, elle a décrié les vols des kits électoraux dans certaines provinces, l’attaque de certains CI par des miliciens et autres groupes non identifiés, le manque de formation des agents de sécurité, etc.
 
Recommandations
La Symocel a constaté que le processus d’identification et d’enrôlement des électeurs dans les 12 provinces se déroule dans un contexte politique difficile, marqué par des tensions autour de l’organisation prochaine des élections. Ainsi, elle formule à l’endroit des parties prenantes les recommandations ci-dessous :
 
A la CENI
 
– Assurer le suivi technique permanent du matériel informatique pour éviter la récurrence des pannes ;
– Etablir des critères rigoureux de sélection des agents électoraux ;
– Honorer ses engagements vis-à-vis des membres des CI en vue de rendre optimales leurs conditions de travail ;
– Faciliter l’accréditation des observateurs ; etc.
 
Au gouvernement
 
– Garantir un décaissement régulier des allocations budgétaires destinées à la Ceni ;
– Rendre disponibles les fonds nécessaires à la prise en charge des forces de l’ordre commises à la sécurisation du processus ; etc.
 
Aux partis politiques
 
– Déployer leurs témoins dans différents CI en vue de s’assurer de l’intégralité et la transparence de l’opération
– Prendre des mesures appropriées pour encourager leurs militants à s’enrôler.
 
A la Communauté Internationale
 
            Poursuivre son appui technique et financier à la Ceni et soutenir davantage les initiatives de la société civile en vue d’un processus électoral transparent et crédible.
Perside DIAWAKU
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •