Enregistrement des électeurs pour 2011 : le compteur remis à zéro !

0
48

En son temps, quand il lançait l’opération de révision du fichier électoral dans la province du Bas-Congo, après sa clôture dans la précipitation à Kinshasa, le président de la CEI (commission électorale indépendante) avait annoncé que les kits d’enregistrement des électeurs allaient de nouveau être actionnés dans la capitale. C’est-à-dire tous les Kinois, ceux qui détiennent la carte d’électeur et ceux qui n’en ont pas, allaient de nouveau se faire enregistrer en prévision des élections de 2011.

Raison avancée par Apollinaire Muholongu Malumalu : nécessité d’harmonisation des listes. 

            Et le jeudi 15 juillet dernier, c’était le tour du vice-Premier Ministre et ministre de l’Intérieur et Sécurité de confirmer la nouvelle.

Au cours d’une matinée politique avec les présidents des partis politiques enregistrés, Adolphe Lumanu a déclaré : « les anciennes cartes d’électeur sont tombées caduques. Tous les citoyens sont appelés à acquérir de nouvelles cartes d’électeur à la faveur de  l’opération de révision du fichier électoral ».

            On rappelle à ce sujet que si on n’avait pas décidé de recommencer l’opération, bon nombre de compatriotes notamment ceux habitant la capitale se trouveraient sans « visa » leur donnant accès au vote en 2011, à cause de la clôture précipitée de l’opération de révision du fichier électoral. Ce malgré de longues files devant les centres d’enregistrement ! 

 Avec la CEI ou la CENI ? 

            Au-delà de l’annonce du ministre concernant le recommencement de l’opération à travers l’ensemble du territoire national, on veut maintenant savoir si c’est avec la Cei ou la Ceni que l’enregistrement des électeurs va , se faire.     

            La question a toute sa pertinence dès lors que la loi organique portant organisation et fonctionnement de la CENI (commission électorale nationale indépendante), appelée à remplacer la Cei, est votée.

            Est-ce à cause d’irrégularités commises par la Cei ou par souci de servir tout le monde qu’on a décidé de reprendre l’opération de révision ? D’où viendra alors l’argent pour ce faire, parce que l’argument était toujours celui de financement qui faisait défaut pour justifier la précipitation observée, en dépit du besoin de se faire enregistrer exprimé par les Congolais ?

            Pour les analystes, ce changement d’attitude serait dicté par certaines pressions extérieures, probablement celles des bailleurs de fonds.

            En outre, on est toujours sans réponse en ce qui concerne la modification de la carte d’électeur.

En effet, le modèle de carte délivrée par la Cei en 2006, n’est plus d’application.

            Sur la carte de 2006, il y avait tous les détails sur l’identification du candidat électeur, notamment : secteur, territoire, district et province d’origine.            Dans celle de la révision du fichier, il n’y a que l’adresse physique de l’électeur. Ce qui crée un véritable problème pour l’identification des Congolais. Surtout quand on sait qu’à ce jour, de nombreuses craintes sont exprimées au sujet de l’identification des nationaux.

            C’est aussi le moment pour le ministre de l’Intérieur de lancer l’opération de la carte d’identité nationale. Car, il n’est pas normal que les Congolais puissent demeurer pendant plus de 13 ans, sans pièce d’identité nationale. Le raccourci trouvé en 2005 pour faire jouer à la carte d’électeur le rôle des pièces d’identité doit être jeté à la poubelle au profit d’une carte nationale d’identité appelée à sécuriser les citoyens..                     

                                    Dominique Mukenza

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*