En marge du deuil national : Fatshi en guerre contre les cercueils flottants au Nord-Kivu

0
146

Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, vient de décréter un deuil national, à observer tout au long de la journée de ce vendredi 19 avril 2019, en mémoire de près de 150 compatriotes morts ou disparus dans le naufrage d’un bateau sur les eaux du Lac Kivu, plus précisément dans le territoire de Kalehe, intervenu le lundi 15 avril. En plus des drapeaux mis en berne, il est recommandé à la communauté nationale d’adopter une attitude conséquente, en rapport avec ce drame.

            On signale qu’il est rentré hier jeudi 18 avril 2019 en début de soirée, à Kinshasa. on l’a vu se diriger, dès sa descente de l’avion de Congo Airways qui l’a ramené à Kinshasa, tout droit vers un bassin placé dans le hall d’arrivée, pour se laver les mains, conformément aux consignes sanitaires arrêtées pour les voyageurs en provenance de l’Est du pays.  

            Mais en marge du deuil national, il a pris un train de mesures visant à mettre fin aux embarcations de la mort ou « cercueils flottants » dans l’exploitation du trafic lacustre dans cette partie de la République. Il est notamment interdit aux exploitants des bateaux et autres pirogues motorisées de prendre des passagers à bord de leurs unités flottantes sans bouée de sauvetage pour chacun deux. Les commissaires fluviaux ont été responsabilisés pour le respect strict de cette disposition sécuritaire. Le Chef de l’Etat a remis, à titre symbolique, 1.000 bouées de sauvetage au gouverneur de la province du Nord-Kivu, pour les besoins d’un trafic lacustre sécurisé.

            Il est également prévu la construction, à plus ou moins long terme, de quatre nouveaux ports le long du lac Kivu, dans le but de faciliter les mouvements des biens et des personnes sur cette mer intérieure.

Il y a aussi, parmi les mesures annoncées par Félix Antoine Tshisekedi, le projet de construction d’une route asphaltée entre Goma, Kalehe et Bukavu. Cet axe routier est appelé à désengorger le trafic sur le lac Kivu, trop sollicité par des personnes désireuses de se rendre d’un coin à l’autre, pour des raisons diverses.

            Pour ce qui est de la tragédie humaine qui vient d’endeuiller la République, le Président de la République a exigé une enquête exhaustive sur les causes techniques et administratives l’ayant provoquée ainsi que des sanctions contre les coupables.

            On retient de la tournée du Chef de l’Etat à Lubumbashi, Kasumbalesa, Goma, Beni et Kalehe son souci de palper du doigt les réalités sécuritaires, économiques, sociales et sanitaires du Congo profond, où des alertes urgentes étaient émises en direction de Kinshasa, c’est-à-dire à plus de 2.000 kilomètres des sites d’opération. Face à toutes les urgences qu’il a lui-même évaluées sur le terrain, il a apporté des réponses exigées par les circonstances. Au plan économique, tous les intervenants aux postes douaniers et frontaliers connaissent les règles du jeu à observer désormais pour éviter la fraude et la confusion des rôles.

            S’agissant de la sécurité, un vaste mouvement de permutation des officiers et hommes de troupes est en vue, concomitamment à un appel aux forces négatives à déposer les armes et à la mobilisation des moyens matériels, financiers et humains requis pour ramener la paix là où elle constamment troublée. Une sévère mise en garde a été adressée aux politiciens et officiers habitués à instrumentaliser les seigneurs de guerre et leurs combattants afin qu’ils arrêtent leur vilain jeu.

            Au volet sanitaire, la lutte contre la maladie à virus Ebola devrait se poursuivre, parallèlement aux mesures préventives telles que la vaccination et le respect des consignes d’hygiène.                    Kimp

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •