En marge du 54ème anniversaire de l’Indépendance : les congolais doivent se prendre en charge

0
54

indépendanceA l’occasion de la commémoration du 54ième anniversaire de l’Indépendance de la République Démocratique du Congo, le professeur Kitombole Tshovu a animé une conférence de presse à la paroisse Notre Dame de Fatima, le samedi 28 juin 2014.

Témoin oculaire de l’événement du 30 juin 1960, fait une lecture scientifique et politique de cette indépendance en abordant les aspects politiques, social, économique, etc

Dans son analyse, il a souligné que 54 ans c’est beaucoup. Cependant, nous devons juger cette indépendance par rapport aux conditions de vie des masses. Il faudrait se poser la question de savoir, ce qu’elle a apporté.  Certes, ces questions doivent être posées sur tous les plans.

Cette analyse doit nous stimuler à un refus total d’être diriger comme à l’époque coloniale. Après l’indépendance, les Congolais devaient tout faire eux-mêmes sur tous les plans et dans tous les secteurs. A titre illustratif, sur le plan économique, ce sont les étrangers qui font tout, ils sont dans la construction, l’aviation, le petit commerce, etc. Il faudrait rompre avec cette méthodologie. Puisqu’il y a des jeunes congolais qui sont très intelligents, capables de s’assumer. D’ailleurs, ils sont très appréciés en dehors du pays. Et, pourquoi ne pas rentabiliser cette expertise nationale ? On préfère une main d’œuvre internationale.

Quant aux dirigeants du pays, ils ont l’obligation faire en sorte que le Congo se retrouve dans une vraie indépendance.

Ils doivent mettre en place des politiques fondées sur le développement.

Une indépendance précoce comme certains le disent, le prof Kitombole lui pense autrement, «l’indépendance n’arrive jamais sans problème. Elle est arrivée en tant que telle. Nous devons plutôt nous prendre en charge, et, ça n’en approprier et entrer dans le processus. C’est aux responsables qui ont la charge de diriger le pays de prendre la bonne direction pour que le peuple congolais se retrouve », a-t-il martelé.

Il a, en outre renchéri que nous devons cesser de nous plaindre, nous devons nous prendre en charge.  L’indépendance est un processus, qui demande que chacun mette la main à la pâte. Vous pouvez avoir des opinions différentes, il faudrait avoir la tolérance des opinions de tout un chacun en surmontant ses sentiments, afin de rechercher que les intérêts de la RDC, en lieu et place des intérêts personnels.

A notre époque, il y avait un bon pourcentage du budget national alloué à l’éducation. Mais actuellement, le budget est presque inexistant. Notons qu’on ne peut pas bien former quelqu’un s’il n’est pas mis dans de bonnes conditions.  Il ne suffit pas de bien rémunérer la personne enseignante mais aussi le mettre ainsi que son étudiant dans de bonnes conditions.

Dorcas NSOMUE 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*