En marge de 20 ans de la réunification allemande : la RDC exhortée à inspirer confiance

0
45

Le gotha socio-politico-diplomatique national et international s’est retrouvé le mardi 5 octobre 2010 à l’ambassade de la République fédérale d’Allemagne afin de célébrer les 20 ans de la réunification de ce grand pays situé au centre de l’Europe.

A cet effet, l’ambassadeur de la RFA en RDC, le Dr Blomeyer a rappelé qu’il y a seulement une vingtaine d’année que son pays a regagné sa pleine souveraineté. « Un bouleversement historique s’est accompli alors devant nos yeux, bouleversement qui n’a pas eu son pareil dans l’histoire : la chute du mur et la fin de la partition du monde en un bloc communiste et un bloc libre. Le système cimenté de deux blocs qui semblait devoir exister éternellement arrivait à sa fin » a souligné le diplomate. 

            Rejetant cependant toute hypothèse de « miracle », Dr Blomeyer soutient avec fermeté que la révolution de 1989 et l’unité allemande de l’année 1990 étaient l’œuvre d’hommes courageux et déterminés qui ont saisi l’opportunité historique de modifier le destin. « Nous, les Allemands, nous devons notre unité à nos voisins  en Europe et aux Etats Unis, voisins qui ont placé leur confiance dans nos institutions démocratiques. Mais avant tout, nous devons notre unité au courage de ceux qui, parmi nos compatriotes de l’Allemagne de l’Est, sont descendus dans les rues par centaines de milliers pour rappeler aux dirigeants illégitimes de la République Démocratique d’Allemagne que c’était eux le peuple: „Wir sind das Volk“, nous sommes le peuple! C’était une révolution pacifique, en velours pour ainsi dire… » a-t-il lancé à l’assistance.

Hardi, il a fait observer que cela s’applique également à la RDC même si la situation et les défis dans ce pays sont bien différents de ceux de l’Allemagne à l’époque. Toutefois, pour parvenir à surmonter ces grands défis, il faut du courage et de la confiance : le courage de les accepter malgré leur dimension et la confiance dans sa capacité propre à les relever.

            En clair, l’exemple de l’unification allemande doit faire comprendre que la confiance augmente si on trouve d’autres personnes pour partager les mêmes buts. Pour cette raison chacun devrait se demander de quelle confiance d’autres ont besoin, et ce qui pourrait contribuer à inspirer cette confiance. Le citoyen a besoin de confiance dans les services de l’Etat, surtout de la justice, mis à la disposition de tous impartialement; les partis politiques ont besoin de confiance dans un respect mutuel des lois de la démocratie, surtout dans une période étendue d’élections; le défenseur des droits de l’Homme et le journaliste ont besoin de confiance dans la liberté de la presse et dans leur droit d’exprimer même des opinions inconfortables pour d’autres; les entreprises ont besoin de confiance dans la protection de leurs investissements, et les fonctionnaires de l’Etat ont besoin de confiance dans le paiement de leurs salaires. En contrepartie, note-il, l’Etat peut attendre de ses citoyens qu’ils respectent les règles et paient des impôts.

En guise de conclusion, l’ambassadeur est convaincu que l’inspiration de cette confiance mutuelle est le défi le plus important à relever par les citoyens de la RDC. D’où son souhait de voir cette inspiration de confiance réussir en RDC.         Tshieke Bukasa

 

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

*